Bois porcelainé

L'appartement du Dauphin, tout juste restauré et remeublé,
rouvre ses portes dans quelques jours. L'une de ses pièces se distingue par sa polychromie. Elle a été transformée en bibliothèque en 1756 alors que l’on se délectait de ces décors « peints au naturel »,
moins pompeux que les boiseries blanc et or.

Début de la restitution du vernis Martin qui recouvrait les ornements sculptés de la bibliothèque du Dauphin. © Château de Versailles / Thomas Garnier.

Début de la restitution du vernis Martin qui recouvrait les ornements sculptés de la bibliothèque du Dauphin. 
© Château de Versailles / Thomas Garnier.

L’intervention des frères Martin, à qui l’on doit la technique de la laque française, est attestée dans la petite pièce où l’essentiel des dispositions est resté intact. Une restauration dans les années 1960 avait cherché à en restituer le fameux vernis au copal, appelé « vernis Martin ». Les moulurations se détachaient ainsi sur un fond jauni, état vieilli du blanc d’origine donnant à l’ensemble une tonalité verdâtre en complète contradiction avec l’esprit du lieu. Imiter la porcelaine, très en vogue au temps de Louis XV, c’était là le principe de ce vernis Martin dont la transparence et la brillance s’accordaient avec la pureté des fonds blancs, si difficiles à obtenir, signes de la plus grande opulence.
Les mémoires de travaux sur la création de la bibliothèque du Dauphin indiquent une tonalité de bleu que les peintres restaurateurs se sont attachés à retrouver à partir d’autres exemples connus, notamment un panneau de lambris provenant du château de Crécy, commandité par madame de Pompadour, et surtout le cabinet des Poètes, à Versailles, situé en bordure des cabinets intérieurs de la Reine. Un très beau bleu, tirant légèrement sur le vert, a été pris comme référence et décliné pour donner une cohérence générale, ponctuée de fleurs aux nuances orangées.

Vue en contre-plongée de la bibliothèque du Dauphin restaurée. © Château de Versailles / Thomas Garnier.

La peinture à l’huile a été choisie pour sa transparence. À force de tâtonnements, les peintres ont pris de l’assurance pour retracer les rehauts qui animaient les versants du bois et ont forcé les ombres aux endroits les plus usés pour retrouver la finesse des motifs. La bibliothèque du Dauphin est ainsi devenue le lieu d’un chantier expérimental de restitution non seulement de l’aspect, mais aussi d’un savoir-faire dont on pourra suivre le vieillissement dans le temps.

Lucie Nicolas-Vullierme,
rédactrice en chef des Carnets de Versailles

La restauration de la bibliothèque du Dauphin est réalisée grâce au mécénat de la Société des Amis de Versailles, en partenariat avec la Fondation du patrimoine.


À VOIR

Vue de la bibliothèque du Dauphin. © Château de Versailles / Thomas Garnier.

L'appartement du Dauphin restauré et remeublé
à partir du 1er avril 2022
dans le cadre du circuit de visite libre
Toutes les informations sur chateauversailles.fr

 

MOTS-CLÉS