Les carnets de Versailles

Le blog de Catherine Pégard

02 décembre 2013

Lee Ufan

Pourquoi avoir choisi Lee Ufan comme l’artiste contemporain de l’année 2014 à Versailles ? Oserai-je dire qu’André Le Nôtre encore une fois nous a influencés, Alfred Pacquement qui sera le commissaire de l’exposition – comme il l’a été de celle de Giuseppe Penone cette année – et moi ?

La visite de l’exposition « Le Nôtre en perspectives. 1613-2013 » nous révèle non seulement une personnalité que l’on ne connaissait pas mais insiste sur une modernité qu’on ne savait pas aussi radicale. Les derniers travaux sur l’architecture et l’esthétique contemporaines de Le Nôtre auxquels Patricia Bouchenot-Déchin et Georges Farhat, commissaires de l’exposition, consacrent une place inédite nous montrent que Le Nôtre peut nous entraîner loin vers le minimalisme, jusqu’à théoriser le vide. La présence, dans le parcours qu’ils tracent à travers les siècles, de l’œuvre de Peter Walker pour Ground Zero à New York en est le spectaculaire révélateur. Il nous a semblé juste que Lee Ufan apporte à Versailles cette vision moins déconcertante qu’on ne croit et nous entraîne dans sa poésie silencieuse et envoûtante.

02 décembre 2013 par Catherine Pégard
Catégories: Expositions | Tags: | Laisser un commentaire

22 novembre 2013

Le Nôtre : un point de vue japonais

Qui était vraiment André Le Nôtre, à qui le château de Versailles consacre une exposition inédite ? Cet été, deux jardiniers japonais venus de l’autre bout du monde ont livré leur indice. Dans le cadre de la convention signée en 2012 entre le ministère de l’environnement du Japon et le château de Versailles pour la restauration de la partie occidentale du jardin impérial de Tokyo, Shinjuku Gyoen, ils étaient venus étudier broderies et perspectives, parterres et topiaires. Tandis que nous leur demandions le premier mot qui leur venait à l’esprit quand ils pensaient à Le Nôtre, ils répondirent sans hésiter : « la force ». C’était sans doute cela, Le Nôtre, la force – invisible – de résister au temps comme aux vicissitudes de la Cour.

Exposition André Le Nôtre en perspectives, 1613-2013.

22 novembre 2013 par Catherine Pégard
Catégories: Non classé | Laisser un commentaire

19 novembre 2013

Le lustre Gabriel

« On a l’impression qu’il a toujours été là ! » Comment dire mieux la justesse de l’installation du lustre de Ronan et Erwan Bouroullec que ces premiers commentaires entendus depuis quelques jours, dans l’escalier Gabriel.
Les deux designers ont dit leur appréhension avant les premières esquisses, leur inquiétude quand, après deux ans de travail, les premiers chaînons de cristal ont été accrochés. Leur bonheur, enfin, de ne pas s’être trompés. Nous, nous avons pu mesurer leur humilité. Dans ce lieu historique, « il faut savoir s’éclipser », confient-ils joliment. S’éclipser sans disparaître. C’est leur talent, leur prouesse.
On a cherché les mots pour décrire ce luminaire qui vient donner une histoire à cet escalier « posé » sur le passé en 1980 : corde, chaîne, lien, liane, collier… Par l’association du cristal et de l’électricité que la technologie unique de la maison Swarovski parvient à unir, un rais de lumière changeante, au gré des miroitements du jour, douce dans la nuit, s’impose comme par enchantement dans ce palais fait précisément pour l’éclat et les scintillements.

© Studio Bouroullec

© Studio Bouroullec

19 novembre 2013 par Catherine Pégard
Catégories: Le château | Laisser un commentaire

13 novembre 2013

Flashmob’Art à Versailles

Sait-on qu’à Versailles s’organisent des flashmobs ? FlashMob se traduit en français par « foule éclaire ». Il consiste en un rassemblement de personnes qui ne se connaissent pas, via Internet, pour réaliser une performance. Laurence Equilbey, chef d’orchestre, et les musiciens d’Insula orchestra ont ainsi invité une foule de curieux et de mélomanes à partager leur passion, la danse et l’opéra. Des extraits d’Orfeo ed Euridice de Gluck ont résonné dans le Château et les Jardins sur une chorégraphie détonante de beauté de Marie-Agnès Gillot, danseuse étoile et AragoRn Boulanger, dont le vocabulaire formel va du ballet classique au hip-hop. Une manière de vivre, l’émotion suscitée à l’Opéra royal de Versailles par les cris déchirants d’un bouleversant Orfeo – Franco Fagioli – cherchant son Euridice – Malin Hartelius – sous la tension extrême du regard de Laurence Equilbey.

13 novembre 2013 par Catherine Pégard
Catégories: Le château, Spectacles | Laisser un commentaire

12 novembre 2013

Nostalgie

Tristes journées que celles du « démontage » des expositions. Dans les gris lourds de novembre qui masquent les perspectives, on ne voit plus que les trous laissés sur le tapis vert par le départ des arbres de Giuseppe Penone. L’artiste quitte Versailles comme il y était arrivé avec cet orgueil de la modestie que rien ne change, pas même l’immense succès de son exposition. Et nous, nous sommes déjà nostalgiques de la conversation, souvent silencieuse, avec André Le Nôtre dont, au-delà de l’émotion et des louanges, nous ne garderons qu’un mot : la justesse.

© EPV/ Thomas Garnier

© EPV/ Thomas Garnier

12 novembre 2013 par Catherine Pégard
Catégories: Expositions, Les Jardins | Laisser un commentaire

26 février 2013

L’Effet Galerie des Glaces

Je me souviens de Cecilia Bartoli rayonnante et médusée regardant tomber le soleil sur le Grand Canal pendant qu’elle chantait, en juin dernier.
J’observe Patricia Petibon pétillante et troublée, regardant la neige qui redessine lundi, les broderies des jardins. La magie d’une voix. La magie du lieu. Patricia Petibon le dira en coulisses, tandis que s’éteignent les rappels. Elle est prête à recommencer, et même à chanter « partout » dans Versailles.
Alors, on se dit que dans les reflets de ses glaces, la légèreté est plus insolente, le chagrin plus lourd, la passion plus profonde. A côté de moi, Jean-Pierre Marielle qui, il y a vingt ans, dans le merveilleux film de Corneau « Tous les Matins du Monde », a fait redécouvrir la musique qui se jouait ici à la cour de Louis XIV, bat des mains. Emerveillé. Emu.

© Photothèque Vinci

Plus d’informations sur la saison 2012-2013 du château de Versailles

26 février 2013 par Catherine Pégard
Catégories: Non classé | 1 commentaire

15 février 2013

Pistache, gazon, céladon

Un article dans le Monde me fait sursauter : 2013 sera l’année du Vert, décliné sur tous les tons dans les salons du design. Pistache, gazon, céladon… partout dans la maison. Comment ne pas y voir un écho à l’année Le Nôtre. L’exaltation de la couleur de la nature pour fêter le 400ème anniversaire de la naissance d’André Le Nôtre ! Mais rien, pas une allusion au jardinier du Roi. Il est question de Napoléon qui aurait pu mourir de son goût pour le vert obtenu par un colorant à base d’arsenic dont l’ex-Empereur aurait respiré les vapeurs nocives à Sainte-Hélène. Mais pas des bosquets de Versailles.C’est que, nous indique l’historien médiéviste Michel Pastoureau spécialiste de la symbolique des couleurs, l’idée que le vert évoque la nature date de l’époque romantique : « Avant la nature était représentée par les quatre éléments que sont l’air, la terre, l’eau et le feu… La vraie nature du vert, c’est l’instabilité, le désordre, le coup du sort… »

Comme quoi, il faut se méfier parfois des évidences. Et des correspondances…

15 février 2013 par Catherine Pégard
Catégories: Non classé | Laisser un commentaire

18 décembre 2012

Dîner chez Delacroix

Ce soir-là, Jean-Michel Othoniel recevait ceux qui le collectionnent et ses amis dans l’atelier d’Eugène Delacroix. Une exposition discrète et parfaite dans « l’enclos secret » du peintre où pour la première fois sont rassemblés ses tableaux de fleurs peu connus mais qui ont touché des générations d’artistes. Othoniel noue un dialogue particulier avec Delacroix à travers les planches enluminées de son « Herbier Merveilleux », mais aussi avec deux pièces créées à l’invitation de Christophe Leribault, commissaire de l’exposition et jusqu’à il y a peu, directeur du Musée Eugène Delacroix.

Ce sont des nœuds en boule de verre miroité de Murano qui aujourd’hui fondent son travail, en résonance avec sa passion d’adolescent pour les fleurs et les jardins.

Les jardins ? Tout à coup, on parle de Versailles. On ne parle plus que de Versailles, de la fontaine mystérieuse que Jean-Michel Othoniel a inventée pour le Bosquet du Théâtre d’Eau que va réinterpréter le paysagiste Louis Benech en 2013. On évoque les pas de danses de Louis XIV qui vont inspirer les arabesques de verre d’Othoniel, les jets d’eau qui ressuscitent les rigaudons…
Othoniel parle du bonheur pour les artistes d’intervenir là où on ne les attend pas, de son attrait pour les jardins parce qu’ils sont « porteurs d’histoires ».
Et voilà comment ce soir-là, Delacroix nous a emmené à Versailles.

18 décembre 2012 par Catherine Pégard
Catégories: Non classé | Laisser un commentaire

27 novembre 2012

Le Tilleul n°96

Le ciel bas et gris, quelques rares feuilles ocres encore… Comment imaginer qu’en ce jour pluvieux, on reproduise exactement le geste de ceux qui tracèrent l’allée royale qu’empruntait Louis XIV venant de Versailles pour rejoindre l’intimité de son pavillon de Marly ?

Depuis qu’il lui a été rattaché en 2009, l’Etablissement public de Versailles s’est engagé dans un vaste programme de requalification du Domaine de Marly, d’abord végétale. A terme, il s’agira d’une campagne de replantation de 5 000 arbres d’essences variées pour rendre au jardin qui faisait la fierté du roi son architecture, et effacer les lourds stigmates de la tempête de 1999. Dans un premier temps, 1 500 arbres recomposeront les alignements du parc.

Mais ce matin-là, avec Alain Baraton, nous plantions le tilleul n°96 tel qu’il est situé sur le précieux plan de 1714 qui nous accompagnait.
Il y en a 240 à adopter pour reconstituer la double rangée d’arbres qui, fièrement, bordait l’Allée Royale.

Cette nouvelle campagne succède à celle qui a permis de replanter les 446 arbres de l’Etoile Royale.

Le tilleul n°96 © EPV/ Christian Milet

27 novembre 2012 par Catherine Pégard
Catégories: Non classé | Laisser un commentaire

26 novembre 2012

Souvenirs

Pendant trois jours, du 22 au 24 novembre, à l’initiative de la Fédération des sociétés historiques et archéologiques des Yvelines et du Centre de recherche du château de Versailles que dirige Béatrix Saule, les plus grands spécialistes des rapports entre les Habsbourg et la France se sont retrouvés à Versailles. Pas moins de vingt-cinq communications ont apporté un éclairage nouveau, parfois inattendu, sur les alliances matrimoniales et politiques, les amitiés et les conflits qui ont marqué quatre siècles de notre histoire européenne commune.

Mais ce colloque international était aussi l’occasion de rendre hommage à Otto de Habsbourg, fils aîné du dernier empereur d’Autriche et roi de Hongrie qui aurait eu 100 ans, le 20 novembre.

Au milieu d’interventions d’une extrême érudition, on n’oubliera pas celle de Charles de Habsbourg-Lorraine. Quelques minutes. Mais un témoignage précieux comme les souvenirs partagés. Celui d’un fils qui raconte comment, enfant, il découvrait l’engagement européen de son père, sur « la route des vacances ». La Bourgogne, la Lorraine… On évoquait l’héritage familial, les richesses des cultures, l’influence de l’histoire et de la géographie… Et puis, Otto de Habsbourg livrait à ses enfants quelques maximes pour la vie. Celle du chasseur qu’il était, par exemple, qui fit sourire l’assistance plus rompue peut-être au jeu politique qu’à l’art cynégétique : « Si vous ne tirez pas, vous avez déjà manqué le gibier ! » Ou encore celle de l’homme politique qu’il fut : « Si vous ne savez pas d’où vous venez, vous ne savez pas où vous allez parce que vous ne savez pas qui vous êtes ».
A méditer.

26 novembre 2012 par Catherine Pégard
Catégories: Non classé | Laisser un commentaire

← Articles plus anciens