Une banne
pour l'Empereur

Napoléon, qui venait d'épouser la toute jeune Marie-Louise de Habsbourg-Lorraine (1791-1847), se faisait fort de l'amuser. Un coutil rayé de Bruxelles, retrouvé dans les réserves de Trianon, témoigne de la gaieté de ce printemps 1810.

Vue du Pavillon français, dans le jardin du Petit Trianon, avec incrustation de la tente de l'Empereur © EPV / Thomas Garnier.

« L'impératrice était dans un âge où l'on a goût aux bals et aux fêtes, et l'empereur craignait par-dessus tout qu'elle s'ennuyât. Ainsi les réjouissances et les divertissements abondaient-ils à la cour et à la ville », note Constant, premier valet de chambre de l'Empereur1. En effet, après les fastueuses réjouissances données à Paris dans le cadre du mariage, et un voyage à travers la France et la Belgique, de somptueuses fêtes, à la fois démonstration de richesse et marque d'allégeance, se succédèrent tout au long du printemps. [...]

Vue du Cirque olympique de M.M. Franconi, avec plusieurs scènes de Tailleur, gravure d'après le dessin de Jean-Démosthène Dugourc, tirée de Les animaux savants, ou Exercices des chevaux de MM. Franconi, du cerf Coco, du cerf Azor, de l'éléphant Baba..., par Madame B***, née de V.... L..., 1816. © Bibliothèque nationale de France.

Le cirque Franconi se produit au Petit Trianon

Le 10 août 1810, un aménagement exceptionnel fut réalisé dans les jardins du Petit Trianon pour la représentation du cirque Franconi. Créé à Paris en 1783 par l'Anglais Philip Astley - fondateur à Londres du premier cirque d'Europe en 1769 - et le Vénitien Antonio Franconi, habile dresseur d'animaux, le cirque Franconi connaissait un grand succès2. Installé depuis 1807 rue du Mont-Thabor, le cirque aussi nommé « olympique » était dédié aux jeux équestres et gymniques et devint une curiosité populaire, comme en témoignent les nombreux récits de voyageurs. Les numéros se composaient également de jeux de pantomime, inspirés aussi bien de farces populaires que des Métamorphoses d'Ovide. Des jeux d'animaux étaient insérés dans une succession de tableaux à décor.

Exercices du cerf Coco et ascension du cerf Azor dans le cirque olympique et à Tivoli, d'après le dessin de Jean-Démosthène Dugourc, planche tirée de Les animaux savants, ou Exercices des chevaux de MM. Franconi, du cerf Coco, du cerf Azor, de l'éléphant Baba..., par Madame B***, née de V.... L..., 1816. © Bibliothèque nationale de France.

Napoléon et Marie-Louise avaient eu l'occasion d'apprécier les exercices d'équitation des Franconi le 24 juin, lors de la fête donnée par la Garde impériale. Le 10 août, à Trianon, comme l'indiquait le Journal de l'Empire, le couple impérial assista à une nouvelle représentation : « Un cirque non couvert, richement décoré, avoit été disposé à cet effet. LL. MM.3 sont restées jusqu'à la fin du spectacle. Chaque écuyer, animé par la présence de ces illustres spectateurs, a fait preuve de talent. Les frères Franconi se sont particulièrement distingués, non seulement dans les exercices, mais encore dans le menuet et la contredanse qu'ils exécutent dans Gérard de Nevers. Le cerf Coco a eu aussi sa part en gloire. LL. MM. ont marqué infiniment d'intérêt pour la manière avec laquelle cet animal est dressé. »4 Le spectacle intitulé Gérard de Nevers était une nouvelle création du cirque, inspirée du roman chevaleresque éponyme et composé de « scènes pantomimes équestres et chevaleresques ». [...]

La « tente de l'Empereur »

Réalisé devant le Pavillon français qui venait d'être restauré et remeublé, le cirque se composait de deux palissades concentriques en sapin, non couvertes mais ornées de lustres. La cloison extérieure, de 3,60 mètres de haut sur 60 mètres de pourtour, était ornée de drap rouge provenant du Garde-Meuble. La cloison intérieure, de 1,25 mètre de haut, terminée par une main courante était peinte en granit gris à la détrempe, les cloisons de séparation et les portes en gris foncé et les poteaux pour les huit réverbères en bleu azuré.

« On peut imaginer que la banne [...] servit de loge au couple impérial ».

Le serrurier Maréchal fournit un devis supplémentaire pour un châssis en fer destiné à établir devant la porte d'entrée du Pavillon français « une banne en coutil pour abriter les spectateurs assis sur le perron », qu'il appela dans son mémoire accompagnant la facture « la tente de l'Empereur ». En effet, l'intérieur du cirque ne prévoyant qu'un plancher pour l'orchestre, on peut imaginer que la banne, livrée par le tapissier Darrac et placée sur le perron du Pavillon français, servit de loge au couple impérial, alors que les autres spectateurs pouvaient se placer entre les deux cloisons. Sur le pourtour du manège furent disposées des caisses d'orangers. L'ensemble fut démonté les 21 et 22 août par les mêmes entrepreneurs et M. Fanconi, payé 6 600 francs pour le spectacle et les « 11 journées de séjour avec leur troupe, frais d'orchestre composé de 30 musiciens et voiturage de Paris à Trianon e de Trianon à Paris »5.

Noémie Wansart,
Collaboratrice scientifique au musée national des châteaux de Versailles et de Trianon.

1. Constant, Mémoires de Constant, premier valet de chambre de l'Empereur sur la vie privée de Napoléon, sa famille et sa cour, Paris, 1830, tome IV, p. 276
2. Ch. Lheureux-Prévot, « Le Cirque olympique de la famille Franconi », in La Revue du Souvenir napoléonien, avril-juin 2010, p.62-64.
3. Leurs Majestés
4. Journal de l'Empire, 13 août 1810.
5. Archives nationales, O2 36, bordereau d'indemnité du 16 août 1810, service du grand chambellan.


Une tente d'agrément adaptée au Pavillon français

Introduit en France dans la seconde moitié du XVIIIe siècle, le coutil rayé de Bruxelles - le plus estimé des coutils - connut au XIXe siècle un succès qui ne se démentit pas. Cette toile, serrée et solide, composée de chanvre ou de lin, servait aussi bien pour la confection des tentes des campagnes militaires que pour les structures d'agrément. [...]

Vue de dessus du Pavillon français, dans le jardin du Petit Trianon, avec incrustation de la tente de l'Empereur © EPV / Thomas Garnier.

La tente de Trianon, qui vient d'être redécouverte, s'inscrit dans cette vogue. En août 1810, pour la représentation du cirque Fanconi, ce furent en réalité deux tentes qui furent commandées au tapissier Darrac, qui livrait au même moment l'ameublement des Trianons et de leurs fabriques. Les deux sont conservées, mais l'une de manière fragmentaire. Et il semble qu'une seule fut posée en 1810. Cette « tente », nommée ainsi dans les mémoires de Darrac, le registre d'entrées de 1811 et les inventaires successifs, avant d'être appelée « banne » à partir de 1855, reprend très exactement la forme du perron du Pavillon français. Garnie de 61 sangles de cuir et de 80 crochets métalliques, elle était accrochée à la façade par un châssis métallique composé d'une tringle cintrée de 10 mètres et de six tringles dont trois formant le pourtour des murs. L'ensemble métallique fourni par le serrurier Maréchal était scellé dans la façade et tenu par des fils de fer. Le châssis est perdu mais le coutil et ses franges de laine rouge constituent à ce jour le seul exemplaire connu de tente d'agrément datant du Premier Empire.


À LIRE

La revue Château de Versailles.
Retrouvez l'intégralité de cet article dans le numéro 37 de la revue Château de Versailles (avril-mai-juin 2020). La revue est disponible en kiosque et sur la boutique en ligne du Château : boutique-chateauversailles.fr

MOTS-CLÉS