Un tableau, une histoire :
la légende
du premier roi

Un premier roi des Francs pour aller jusqu’au premier roi des Français ? N’en déplaise à Louis-Philippe, qui entendait ainsi retracer l’histoire nationale au château de Versailles, Pharamond n’a jamais été roi, et n’a peut-être même jamais existé !

Pierre-Henri Révoil et Michel Genod, Pharamond élevé sur le pavois par les guerriers francs en 417, 1841-1845, huile sur toile. © RMN-GP (château de Versailles) / © Gérard Blot.

L’origine du musée de l’histoire de France se trouve dans un document écrit par Laurent-Pierre de Jussieu en 1816. Ce document, intitulé Galerie historique ou Cours d’histoire générale par tableaux, fut adressé au ministère de l’Intérieur dans le but de fonder une grande galerie de peintures qui formerait à elle seule un cours d’histoire de France. C’est sur cette base que furent établies les fameuses Galeries historiques, inaugurées en 1837 par Louis-Philippe.

La première œuvre proposée par Jussieu concernait le sacre de Pharamond : le premier roi des Francs devait être représenté sur son pavois, élevé par les Francs et les Gaulois. Or, l’histoire de ce roi est tout à fait légendaire et il était déjà établi, à l’époque, que Pharamond ne fut pas le premier roi des Francs, ni même roi ! Comme nous allons le voir, cette œuvre, qui sera finalement réalisée entre 1841 et 1845 par les peintres Révoil et Genod, est représentative du processus de fabrication de ces Galeries, mais également du message politique qu’elles révèlent.

Des costumes pour différencier Francs et Gaulois

La scène se déroule dans un campement peuplé par de nombreux guerriers francs et gaulois que l’on reconnaît à leurs costumes. Pharamond est élevé sur un pavois par trois d’entre eux et lève son glaive vers le ciel, comme pour prêter serment en tant que nouveau roi.

Les monuments de la monarchie française, par le R.P. Dom Bernard de Montfaucon, tome I, planche I (détail). Source gallica.bnf.fr/BnF.

Pour mettre en scène un sujet aussi ancien, il était recommandé par Jussieu de faire appel à des documents historiques tels que la collection Gaignières ou encore l’ouvrage de Bernard de Montfaucon, Les monuments de la monarchie française (1729-1733), qui offrait, en deux volumes, une vaste histoire des rois de France et de « l’origine des Français ». Ces sources historiques devaient offrir aux peintres la possibilité de respecter la principale consigne de Jussieu : « s’attacher à bien faire sentir la différence qui doit exister entre le costume des Francs et celui des Gaulois ». Michel Genod, qui termina la toile à la mort de Révoil en 1842, avait certainement consulté cet ouvrage de Montfaucon, où l’on retrouve effectivement une gravure représentant une « inauguration sur un bouclier » et un chapitre consacré à ce rituel ancien.

Du premier roi des Francs
au premier roi des Français

Paradoxalement, c’est aussi dans cet ouvrage que Montfaucon avait établi, un siècle plus tôt, que le personnage de Pharamond était très certainement issu d’une légende et qu’il ne fut jamais roi des Francs. La véracité historique tenait ici bien plus au costume et à l’évocation du rituel qu’à l’évènement en question.

Contrairement à ce qu’annonçait Jussieu dans sa notice de 1816, la présence de Pharamond dans ces Galeries historiques aurait plus relevé de l’élaboration d’un imaginaire collectif que d’un « cours d’histoire ». La proposition de Jussieu se fondait sur le modèle du récit, voire du roman, où l’histoire de France était comprise dans une longue narration continue, jalonnée de personnages emblématiques. La salle des rois de France, dans le projet de Louis-Philippe, a finalement fait l’économie des premiers rois légendaires comme Pharamond et a pris le parti de commencer ce récit à Clovis.

La figure de Pharamond était cependant utile dans la conception globale des Galeries historiques en fournissant une sorte d’incipit à l’histoire de France, où Francs et Gaulois partageaient un récit commun, avant la conversion de Clovis, habituellement prise comme point de départ. Ce tissage très artificiel se faisait  au détriment de la véracité historique, mais devait servir l’enjeu politique et propagandiste de ce musée façonné par Louis-Philippe : un roman national allant du premier roi des Francs au premier roi des Français.

Bastien Coulon,
Attaché de recherche au Centre de recherche du château de Versailles


Pharamond, une redécouverte au XIXe siècle

La figure de Pharamond connut un regain d’intérêt, au XIXe siècle, grâce au succès d’un opéra éponyme de 1825 par Jacques Ancelot, Alexandre Guiraud et Alexandre Soumet. La fin de l’acte III mettait en scène ce sujet : « Pharamond est élevé sur le pavois, les jeunes filles balancent des palmes autour de lui ; les Francs, mêlés aux Gaulois, exécutent des danses guerrières ; et toutes les harpes des Bardes se font entendre […]. ». Le Génie de la France descendait alors du ciel pour honorer Pharamond. Un document de la BNF présentant les 23 costumes de cet opéra par des dessins d’Hippolyte Lecomte nous montre ainsi ce Génie de la France… avec la même pose que le Pharamond de Genod !


L’œuvre n'a jamais été exposée dans les Galeries historiques

L’œuvre, commandée pour 3500 francs le 11 novembre 1840 à Pierre Révoil, puis terminée en mai 1845 par son élève, Michel Genod, a été placée, à Versailles en 1849, dans les appartements de la Questure du Sénat. Elle a été transférée à Paris, en 1991, au Palais du Luxembourg, mais a retrouvé, depuis 2007, les réserves du château de Versailles dont elle a été sortie le temps de l’exposition « Louis-Philippe et Versailles » qui s’est déroulée en 2018-2019.


Un programme de recherche sur le musée Louis-Philippe

Le Centre de recherche du château de Versailles (CRCV) accueille, depuis 2017, un programme consacré à la représentation de l’histoire au sein des collections du musée de Versailles (1837-1892).

Ses activités visent principalement à interroger les modalités de représentation de l’histoire à travers une étude iconographique, esthétique, sociale et culturelle des collections.


À LIRE

  • Valérie Bajou, 2018, Louis-Philippe et Versailles, cat. exp. (Versailles, musée national des châteaux de Versailles et de Trianon, 6 oct. 2018-3 fév. 2019), Versailles, château de Versailles / Paris, Somogy.
  • Marie-Claude Chaudonneret, Fleury Richard et Pierre Révoil. La peinture troubadour, Paris, Arthena, 1980.
  • Thomas W. Gaehtgens, Versailles, de la résidence royale au musée historique, Paris, Albin Michel, 1984.

 

MOTS-CLÉS