Napoléonides

Le château de Versailles conserve l'une des plus belles collections d'œuvres napoléoniennes en France. Celle-ci permet notamment d’évoquer le grand projet dynastique de Napoléon. Une présentation temporaire évoque ce projet porté par les femmes : épouses, sœurs et belles-sœurs de l'Empereur. 

L’impératrice Marie-Louise (1791-1847) et le roi de Rome (1811-1832) endormi, par Joseph Franque, 1812. © Château de Versailles, Dist. RMN / - Christophe Fouin.
La deuxième épouse de Napoléon dévoile le futur roi de Rome, tant attendu. En tenue impériale, elle tient un médaillon de Bonaparte contre son coeur, exprimant ainsi sa soumission au projet dynastique dont la taille disproportionnée de l’enfant est également une manifestation.

Dès l’avènement du Consulat, fin 1799, et plus encore après la proclamation du « Consulat à vie », en 1802, se posa avec acuité la question de la succession de Napoléon Bonaparte. Devenu empereur, celui-ci mit en place une stratégie familiale européenne, plaçant les siens sur les trônes des souverains qu’il avait renversés, nouant ou défaisant des alliances matrimoniales au gré de ses ambitions.

L’empereur Napoléon 1er et ses neveux et nièces sur la terrasse du château de Saint-Cloud, par Louis Ducis, 1810. © Château de Versailles, Dist. RMN / - Franck Raux.
Ce portrait de l’empereur, qui pose tel un père de famille nombreuse, illustre la question de la succession impériale à la veille de son remariage. Après avoir adopté les enfants du premier mariage de Joséphine, Eugène et Hortense de Beauharnais, il envisagea la succession par le biais de ses neveux, fils d’Hortense et de son frère Louis, qui figurent ici avec ceux de Joachim et Caroline Murat : de gauche à droite, Letizia Murat, Napoléon- Louis et Louis-Napoléon Bonaparte, le futur Napoléon III, sur les genoux de l’Empereur, puis Louise, Achille et Lucien Murat.

Après son remariage avec la jeune archiduchesse d’Autriche, Marie-Louise de Habsbourg-Lorraine, en 1810, il se présenta comme le fondateur d’une nouvelle et quatrième dynastie, s’inscrivant dans la longue lignée des Mérovingiens, Carolingiens, puis Capétiens, dont les Bourbons étaient les derniers représentants.

La jeune impératrice étant la nièce de la reine Marie-Antoinette, Napoléon devenait ainsi le propre neveu du roi Louis XVI, par l’un de ces retournements de situation – un tour de passe-passe – dont il avait le secret. Lui qui avait combattu sans relâche toute tentative de restauration monarchique kidnappait à son profit, et à celui de ses proches, l’héritage millénaire de la monarchie française. Mais la 4e dynastie ne survécut pas à sa chute en 1814-1815.

Frédéric Lacaille,
conservateur en chef du musée national des châteaux de Versailles et de Trianon

 

 

Avec ces portraits des différents membres de la famille de Napoléon, cette présentation temporaire dans l'Appartement de Madame de Maintenon illustre également l'évolution, en ce début du XIXe siècle, du portrait d'apparat dont les codes ont été bouleversés par la Révolution.


À VOIR :

Un air impérial
Présentation au château de Versailles dans l'appartement de Madame de Maintenon

à partir du 10 juillet 2020

Horaires : Tous les jours, sauf le lundi, 9 h-18 h 30
(dernière admission à 17 h 30).

Billets et tarifs

 

 


Commentaires