Les quatre saisons
ont repris des couleurs

Aux intersections des principales allées des jardins de Versailles se trouvent les bassins des Saisons : au sud, les bassins des saisons froides, ceux de Bacchus et de Saturne, au nord, les bassins des saisons chaudes, ceux de Flore et de Cérès. Leur restauration, l’automne dernier, leur a redonné vie.

Bassin de Flore, dit le Printemps. © Château de Versailles / Christian Milet.

Côté sud, au bassin de Bacchus, les grappes de raisin, symbole de l’automne, ont repris leurs teintes mûres et violacées sous les pinceaux des restauratrices. Un peu plus loin, coquillages, éponges et anémones sont pris dans les glaces bleutées qui ceignent l’îlot de Saturne. Côté nord, face au bassin de Flore, gerbes de blé, coquelicots et bleuets ont retrouvé leur couleurs et prêtent leur moelleux aux flancs de Cérès. Dorés à la bronzine, dieux et putti accordent leurs chairs et leurs chevelures aux rayons du soleil.

Cascades de grappes au bassin de Bacchus, dit de l'Automne. © Château de Versailles / Christian Milet.

Gilles Dupuis, responsable de l’atelier dont il a hérité de son grand-père, a retrouvé avec un plaisir évident ces bassins qu’il avait déjà restaurés, il y a plus de trente ans, en 1988. Régulièrement, il est intervenu pour donner des indications sur la valeur et les nuances des peintures, ou peint de sa main certains éléments du décor, comme ce beau crabe qu’il se réserve sur le bassin de Saturne.

Bassin de Saturne, dit de l'Hiver. © château de Versailles / Thomas Garnier.

Effleurant du doigt les sculptures, Gilles Dupuis explique : « Les décors des quatre bassins étaient recouverts de mousses, de traces noirâtres et d’algues. Nous les avons nettoyés puis  remis en peinture. Nous avons composé notre palette en nous inspirant de l’iconographie réunie par Laurent Salomé, directeur du musée. Les teintes et leurs valeurs ont ainsi été choisies en cohérence avec la peinture du XVIIsiècle. Puis nous avons utilisé un vernis très résistant qui protège la couche picturale et les plombs. »

Les restauratrices, vêtues de leur combinaison blanche, sont juchées sur le groupe sculpté de Flore pour rendre leur fraîcheur aux roses et leur doré aux personnages. © Château de Versailles / Didier-Saulnier.

Son atelier, spécialisé dans la restauration de décors peints, connaît bien Versailles. Son histoire avec le Château a commencé avec le sauvetage, par Rockefeller, du hameau de la Reine en 1929 et s’est poursuivie avec des opérations prestigieuses, de la restauration de l’Opéra royal dans les années 1970 à celle, récente, de la maison de la Reine et du réchauffoir.

Détail du bassin de Cérès, dit l'Été. © Château de Versailles / Christian Milet.

Commencé en mai 2019 et achevé l’automne dernier, le chantier d’entretien des bassins de Saturne, de Bacchus, de Flore et de Cérès a été mené par les équipes du Château  en concertation avec l’Architecte en chef des monuments historiques Jacques Moulin. Régulièrement, tous se sont rendus sur place pour évaluer la mise en couleur des sculptures et apporter des nuances, documentation à l’appui.

Outre la remise en peinture, les bassins ont requis l’expertise des fontainiers pour la reprise de fissures, la soudure d’éléments de décors et la réfection de la faucille de Cérès. Quant aux marbres, ils ont été nettoyés à la vapeur d’eau par l’entreprise Chevalier. Iona Gabriel, du service de la Conservation architecturale qui coordonne l’opération, invite à admirer le résultat : « Depuis un point précis situé entre le bassin de Latone et le Tapis vert, une perspective surprenante permet d’embrasser les quatre saisons à travers ces quatre bassins . Allez-y ! »

Clotilde Nouailhat

Détail du bassin de Bacchus, dit de l'Automne. © Château de Versailles / Thomas Garnier.


À VOIR : 

Les Grandes Eaux et les Jardins Musicaux