Versailles
tout en nuances

Présidente du château de Versailles, Catherine Pégard ressort des malles du passé un vocabulaire oublié des couleurs qui faisait la part belle aux émotions.

Détail du lit de la chambre de Madame Du Barry, dans ses appartements au Château. © château de Versailles / Thomas Garnier.

En ces temps d’isolement, les couleurs nous distraient. Sans être David Hockney, qui, replié en Normandie, fixe les lumières du printemps sur son Ipad, nous redécouvrons la pureté des ciels comme les nuances d’une peinture, d’une étoffe. Ou – pourquoi pas ? – d’un plat.

Marqueterie de la commode de Madame Adélaïde située dans son cabinet de retraite. © château de Versailles / Christophe Fouin.

À Versailles, la couleur est partout, inventive jusque dans les marqueteries, les passementeries, les marbres et, bien sûr, les parterres des jardins.

Photo d'Annie Leibovitz : Kirsten Dunst en Marie-Antoinette pour Vogue, sept. 2006. © Photo DR.

Mais on oublie souvent qu’un vocabulaire de la couleur, précis jusqu’à la sophistication, s’est enrichi au temps des rois, faisant pâlir les bleu cobalt, les rouge carmin ou les brun terre de Sienne de nos cours de dessin.

C’est la mode qui l’inspire, incarnée par les femmes qui s’imposent à la Cour, depuis la Montespan, maîtresse de Louis XIV, jusqu’à Marie-Antoinette, popularisée par les romans et les films comme une fashion victim.

Ventre de biche, laurier perdu ou rose « Bertin »

À Versailles, un jaune n’est pas un jaune : il est serin, ventre de biche, souci. Le vert est chou, pistache, laurier perdu, perroquet. Le brun est puce ou caca dauphin…

On ne s’étonnera pas qu’en 2016, à l’occasion de la restauration de la Maison de la Reine, en son Hameau, un grand débat ait pu agiter les conservateurs et les architectes du château de Versailles sur la nuance « café » de l'une de ses pièces, indiquée dans les archives. La discussion n’était pas anecdotique. Elle reflétait le souci du détail, de la perfection, attaché à l’art de vivre à la française. La mode au XVIIIe siècle illustre l’étiquette, définit les usages ; elle est un outil de communication pour rayonner sur le monde et le séduire.

Salle à manger de la Maison de la Reine, place aux tons « café ». © château de Versailles / Didier Saulnier.

Le goût de Versailles reste omniprésent dans la haute couture qui continue à lui emprunter esquisses et coloris. Christian Dior s’en était fait le chantre, lui qui, dans sa collection du Printemps-Été 1955, égrenait le bleu Marie-Antoinette, le gris Trianon, le rouge royal ou le rose « Bertin » (du nom de la couturière de la Reine, la première à dessiner les canons de la mode pour une clientèle).

Détail du satin blanc, broché et rebroché, qui orne la salle du Billard des cabinets du second étage des Petits Appartements de la Reine. © château de Versailles / Thomas Garnier.

Des couleurs accordées aux humeurs

La palette est infinie. Elle délaisse, hélas, aujourd’hui le registre de l’émotion qui accentuait l’idée que l’apparence reflétait les sentiments, révélait le plus intime. Où sont les tons « saumon intimidé », « soupirs étouffés », « pêché mortel » ou « temps perdu » ? À bien y réfléchir, notre esprit définit vite un nuancier qui correspond à ces humeurs. Différent peut-être pour chacun d’entre nous. En cette période recluse, l’imagination peut faire des merveilles…

Catherine Pégard,
Présidente de l’Établissement public du château, du musée et du domaine national de Versailles

Enfilade des salles Louis XIV, dans l'aile nord du Château. © Château de Versailles / Thomas Garnier.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


À SUIVRE SUR LES RÉSEAUX : le nuancier du château de Versailles


Commentaires