Le ciel de lit
de la Reine

Que voyait la Reine - et elle seule - lorsqu'elle était allongée sur ce lit d'apparat ? Se perdait-elle, en s'abandonnant à la rêverie, dans les méandres de ces feuillages ? Se raccrochait-elle, dans les douleurs de l'enfantement, à la gaieté de ces couronnes de roses et d'œillets entrelacés? 

La chambre de la Reine, au cœur du château de Versailles. © Château de Versailles / Thomas Garnier.

C’est dans cette chambre que se déroulaient les audiences, mais aussi la toilette et les accouchements, deux moments ayant lieu devant la cour, comme le prévoyait l’Étiquette. Successivement occupée par les souveraines Marie- Thérèse, Marie Leszczyńska et Marie-Antoinette, la pièce a ainsi vu naître dix-neuf « enfants de France ».

Le ciel du lit de la Reine, depuis le lit © Château de Versailles / Thomas Garnier.

Pour ces différentes raisons, ainsi que pour son statut emblématique, cette pièce d’apparat fut l’une des premières à avoir été restituée en 1975 dans l’état où elle était à la veille de la Révolution. Si une partie du décor — compartimentage du plafond, peintures en grisaille et boiseries — et du mobilier — écran de cheminée et serre-bijoux — ont subsisté, les étoffes furent quant à elles retissées à l’identique.

C’est ainsi qu’a pu être reconstitué le ciel de lit de la Reine, cette partie du lit que seule Marie-Antoinette pouvait voir lorsqu’elle était allongée. Une manière, pour celui qui le regarde aujourd’hui, d’entrer avec délicatesse et émotion dans l’intimité de la souveraine.

 Et de plus près. © Château de Versailles / Thomas Garnier.

Le tissage des soieries fut confié à des tisserands lyonnais dès 1946, d’après des cartons originaux : sur un fond rose pâle, des rubans, des fleurs en abondance, comme les aimait la Reine, des bouquets de lilas et des plumes de paon. Un décor qui a retrouvé tout son éclat suite à la campagne de restauration de l’appartement de la Reine menée entre 2016 et 2019 : une entreprise qui a notamment permis de révéler toute la subtilité des décors en trompe-l’œil et en grisaille du plafond.

Sandrine Rosenberg,
autrice

 

 

 


À LIRE

Château de Versailles : petit inventaire ludique et spectaculaire, par Sandrine Rosenberg, Château de Versailles / éditions du Chêne, 21 × 27 cm, 316 p., 39,90 €, novembre 2019.

À commander sur la boutique en ligne du château de Versailles