Un nouveau peuplier pour la Maison de la Reine

Dans le cadre de sa restauration, la Maison de la Reine a retrouvé le peuplier qui, dès l’origine, l’accompagnait, tel un ornement d’architecture.

Insertion du peuplier d'Italie au centre de l'escalier hélicoïdal extérieur de la Maison de la Reine. ©Didier-Saulnier

 

Il est unique, à la fois fragile et emblématique : lundi dernier, était planté le tout jeune peuplier d’Italie de la Maison de la Reine. Dans la lumière de cette fin d’automne, il est venu très naturellement se loger au cœur de l’escalier hélicoïdal extérieur qui forme l’une des particularités de ces lieux.

Fabrique principale du Hameau, la Maison de la Reine, avec ses deux pavillons reliés par une galerie, fait actuellement l’objet d’une restauration générale. Alors que s’achèvent les travaux sur le clos et le couvert - dont la reconstruction complète de l’escalier extérieur - se poursuivent les aménagements en lien avec les jardins.  C’était le moment de mettre en terre le nouveau peuplier dont le développement viendra équilibrer la composition pittoresque de cette « chaumière à surprises ». Actuellement haut de huit mètres, cet arbre devrait s’élever, à terme, à près de vingt, dominant les toits comme il le faisait autrefois, au temps de Marie-Antoinette.

La Maison de la Reine (vers 1785) représentée par Claude-Louis Châtelet, détail d'une aquarelle tirée d'un recueil conservé à la Biblioteca Estense, Modène (Italie). Photo DR

Dès sa construction, dans les années 1780, la Maison de la Reine, en effet, est dotée d’un peuplier d’Italie, clairement identifiable dans les représentations de la fin du XVIIIe siècle, notamment dans un album de Claude-Louis Châtelet. L’arbre à la silhouette élancée apparaît ainsi comme une ponctuation verticale, se démarquant des frondaisons régulières des bois, selon les principes de composition des jardins pittoresques de l’époque, conçus comme de véritables scénographies végétales.

Il est bien le seul, en revanche, à prendre ainsi place au cœur d’un tel ouvrage que l’on remplacera, sous le Premier Empire, par un escalier droit couvert. L’arbre disparaît alors, jusqu’au rétablissement de l’escalier hélicoïdal, en 1933, lors des travaux de restauration menés dans le Hameau de la Reine grâce à la donation de John Rockefeller.

©Didier-Saulnier

Ce peuplier à l’emplacement très particulier, à proximité immédiate du bâtiment, doit être remplacé régulièrement, tous les trente ans en moyenne. Son développement rapide et vigoureux ne lui permet plus alors de tenir dans l’espace qui lui est assigné. Dans les années 1990, il a été tenté d’introduire une autre essence (un charme), mais l’arbre prit une allure qui ne correspondait pas à la composition paysagère d’origine.

Le peuplier d’Italie, au port dit « fastigié »(1), était donc bien celui qu’il fallait pour accompagner la délicate architecture conçue pour la Reine, participant à son équilibre général tout en soulignant la finesse de ses modénatures, rampes et balustrades de bois.

Lucie Nicolas-Vullierme, rédactrice en chef des Carnets de Versailles

 

(1) fastigié : au feuillage dressé et serré contre le tronc de l’arbre.

Auteur


Commentaires