Ces couleurs qui font sourire les Enfants dorés

Le bassin des Enfants dorés, en lisière du bosquet du Théâtre d’Eau, vient d’être restauré. Certains en remarqueront les couleurs qui égayent feuilles et fleurs, parsemées au pied des enfants et dans leurs cheveux. Issu du réaménagement des bassins des Carpes, à Marly, ce charmant attroupement reste l’unique témoin des décors de plomb créés pour la résidence d’agrément du Roi.

La récente restauration du bassin des Enfants dorés pourra surprendre certains par les teintes très vives de ses plombs. Alliant dorure et peinture dite « au naturel », ce bassin est une illustration relativement rare des formes parfois complexes de mises en couleur que Versailles a assez tôt expérimentées.

Restauration du bassin en cours. © EPV/Thomas Garnier

Le plomb dans le décor des jardins

À partir de 1665, les maîtres d’œuvre de Versailles ont largement fait appel au plomb – en alliage avec de l’étain – pour décorer les jardins:les pièces d’eau du grand axe (Latone et Apollon),la perspective nord (parterre du Nord et Allée d’Eau, en attendant le bassin de Neptune), mais aussi les bosquets, à commencer parles ensembles disparus du Théâtre d’Eau ou du Labyrinthe.
Un moment délaissé après 1683, au profit du bronze, le plomb n’a pas tardé à réapparaître, notamment pour orner la résidence nouvelle de Marly. Il a servi, en particulier, au décor des perrons du château et des salles vertes qui l’encadraient où se trouvaient les bassins des Carpes. À l’occasion de réaménagements, une partie des sculptures en a été réutilisée à Versailles en 1709, pour créer la « fontaine des Enfans », près du Théâtre d’Eau, à l’extrémité d’une allée disparue qui allait jusqu’à l’Obélisque.

 

"Le cygne et la grue", tirée du recueil Le labyrinthe de Versailles qui montre les différentes fontaines du bosquet, en plomb polychrome, rocailles et coquilles. estampe de Jacques Bailly et Sébastien Le Clerc. © Petit Palais/Roger-Viollet

Profusion de couleurs au Labyrinthe de Versailles

Contrairement au marbre et, sauf exception, au bronze, le plomb n’était jamais laissé dans  son état brut. La plupart du temps, il était enduit de«plusieurs couches de bronze au vernis d’esprit de vin», un vernis clair réalisé au bain-marie, sur un apprêt de peinture jaune. On recourait pour la mise en œuvre et l’entretien de cette bronzine à des peintres reconnus, tels Jacques Bailly, puis son fils Nicolas, par ailleurs garde de tableaux du Roi.
La peinture « au naturel » a été expérimentée une première fois (1673-1674) pour les décors des trente-neuf fontaines du Labyrinthe, illustrant les fables d’Ésope. On n’y comptait pas moins de 330 figures d’animaux, dont différents fragments subsistent. Leur mise en couleur avait été confiée aux peintres Delarc et Herman. Dans ce bestiaire extraordinaire, le plumage multicolore des coqs, paons et perroquets répondait au pelage éclatant des renards et aux reflets mordorés des dragons, dégageant une très vive polychromie, à laquelle contribuaient aussi les coquillages exotiques mêlés à la rocaille des bordures. Les planches du recueil conservé au Petit Palais, à Paris, le montrent bien, ainsi que les commentaires de Charles Perrault qui décrit ce labyrinthe en évoquant – avec une confusion sur la matière – les animaux de bronze « colorié selon le naturel » et les deux statues d’Ésope et l’Amour, qui encadraient l’entrée, « peintes au naturel ».

 

« Dans ce bestiaire extraordinaire, le plumage multicolore des coqs, paons et perroquets répondait au pelage éclatant des renards et aux reflets mordorés des dragons, dégageant une très vive polychromie »

 

Quant à la dorure, elle était rare et réservée, en général, à des figures isolées ou à des éléments de décor. La fontaine de la Pyramide, créée au début des années 1670, la montre associée au vernis de bronze : tritons et dauphins y étaient dorés, le reste des plombs étant, semble-t-il, simplement bronzé. On la retrouve un peu plus tard pour les bassins des Saisons, associée cette fois à la peinture au naturel pour les fleurs, les fruits et les coquillages. Les Comptes des Bâtiments du Roi le précisent explicitement pour le bassin de Flore, mis en couleur par Bailly. Si les témoignages précis sont peu nombreux, un guide de 1681 atteste, pour le bassin de Bacchus, du caractère très réaliste de ces mises en couleur: « cette fontaine est fort abondante en grosses grappes de raisin noir qui font envie[1]. »

Bassin des Carpes de Marly dans son premier état de 1704, avec sa grande île en plomb peuplée de fleurs, d'animaux et d'enfants. Planche tirée de l'Ancien Marly. © Paris, Archives Nationales

Le témoin précieux d’une résidence disparue

À partir de 1704, la formule a été reprise à Marly pour les bassins des Carpes, où la dorure des figures enfantines se combinait avec la peinture au naturel des motifs floraux ou animaliers, encadrant une figure couchée en marbre, des œuvres qui ont mobilisé une dizaine de sculpteurs. Entre autres animaux, on pouvait y voir un lézard, une tortue, des grenouilles, des écrevisses et surtout plusieurs dizaines d’oiseaux, canes, cygnes ou hérons. Un document, évoquant « la dorure du premier gradin et argenture du chemin autour de la pelouse avec le rechampissage en vert des gradins », laisse entrevoir la complexité de ces mises en couleur[2]. Faite à l’huile, la peinture des fleurs et des animaux avait été confiée aux meilleurs spécialistes, Jean-Baptiste Blain de Fontenay pour les premières, Alexandre-François Desportes pour les seconds; les sommes payées témoignent de l’ampleur du travail réalisé, avec 1 570 livres réglées à Desportes, plus de 2 000 à Blain de Fontenay.

 

« Ce bassin est une illustration relativement rare des formes parfois complexes de mises en couleur que Versailles a assez tôt expérimentées. »

 

Jugés sans doute trop chargés, ces décors ont été simplifiés une première fois en 1705, puis de façon beaucoup plus radicale après 1709. À cette occasion, une partie des figures d’enfants inutilisées fut transférée à Versailles, sur ordre du Premier architecte Robert de Cotte, et reprise par le sculpteur Hardy pour être réinstallée en bordure du Théâtre d’Eau: six ont été groupés sur un rocher décoré de motifs floraux, deux autres paraissant nager à la surface du bassin. La modicité des dépenses consacrées à cet aménagement (1 620 livres réglées en 1710) laisse penser que le rocher a été largement recomposé à partir d’éléments issus de Marly[3]. De la sorte, ce petit bassin reste l’unique témoin des précieux décors de plomb créés pour cette résidence sur les deux dernières décennies du règne. Aucun de ceux qui étaient demeurés en place n’a, en effet, survécu à la Révolution.

Détail de la restauration en cours. © EPV/Thomas Garnier

Des décors fragiles

Il est aisé d’imaginer que la mise en couleur des plombs supposait une maintenance attentive. À la fin du règne de Louis XIV, le marché d’entretien s’élève à 1 200 livres pour Versailles et Trianon, 700 livres pour Marly, à charge par le titulaire de les visiter régulièrement, de les nettoyer autant que nécessaire et d’y passer tous les ans « au moins une couleur de bronze pareille à celle qui a été réglée et les [faire] venir ensuite avec un esprit de vin». Après une période d’interruption, ce marché d’entretien est renouvelé en 1737 et, comme le métal, fragile, tend à s’abîmer, l’administration des Bâtiments fait, quelques années après, intégrer les œuvres en plomb au marché d’entretien des sculptures, le prestataire devant faire et fournir « toutes les soudures et ustensiles nécessaires »[4]. Mais, en raison du manque d’argent, ces entretiens ne sont plus assurés à partir des années 1760, ce qui explique la destruction en 1775 des ensembles les plus fragiles, le Théâtre d’Eau et le Labyrinthe. Les décors en plomb qui nous sont parvenus sont eux-mêmes le fruit de réfections successives, d’autant plus drastiques que l’entretien courant a été plus longtemps négligé : celle qui vient d’être faite pour le bassin des Enfants dorés en témoigne.

[1] Combes, Explication historique de ce qu’il y a de plus remarquable dans la maison royale de Versailles, 1681, p. 110.

[2] Arch. nat., O1 1465 nº 420.

[3] Arch. nat., O1 2006 p. 103, 111, 214. Comptes, t. V, col. 321.

[4] Pour plus de détails: «De Versailles à Marly, le plomb dans le décor sculpté des jardins », dans Versalia. nº 12, 2009, p. 135-150.

Les figures d'enfants avant restauration. © EPV/Thomas Garnier

Un bassin éprouvé par la tempête de 1999

Restauré dans les années 1940 et 1980, ce chef-d’œuvre de la statuaire en plomb a beaucoup souffert lors de la tempête de 1999 quand plusieurs arbres se sont abattus sur lui. Ses figures d’enfants ont été épargnées, mais une intervention urgente s’imposait sur son étanchéité et sa fontainerie. Quant au décor, son aspect présentait de nombreuses altérations : brunissement des patines, apparition des couches d’apprêt rougeâtres, voire du métal à nu. Maçons, restaurateurs de métal, fontainiers, doreurs et jardiniers, sous la conduite de l’Architecte en chef des monuments historiques Pierre-André Lablaude, ont travaillé durant huit mois pour rendre tout son éclat à ce bassin, « sourire » du bosquet selon les propres termes de Pierre de Nolhac.

Un quatrième chantier pour la Fondation BNP Paribas

La restauration du bassin des Enfants dorés a été rendue possible grâce au mécénat de la Fondation BNP Paribas dont c’est le quatrième chantier au château de Versailles, après la restauration, en 1994, du tableau de Véronèse, Le repas chez Simon, puis celles, en 1999 et 2002, des plafonds peints par François Lemoyne, L’Apothéose d’Hercule, et Michel II Corneille, Mercure.


Auteur


Commentaires