Résurgence d'une grisaille d'or

Ce sont des flots qui se sont déployés sur le pourtour de l’antichambre de l’Œil-de-Bœuf, en cours de restauration. Juchée à plus de 5 mètres de hauteur et ceinturant la corniche, cette frise de postes, recouverte de plâtre et de peinture pendant plusieurs siècles, a été réhabilitée avec soin. Voici son histoire.

La frise de postes restituée au cours du chantier de restauration de l'antichambre de l’Œil-de-Bœuf, 2023. © Thibaud Lemarechal (ateliers Gohard).

Qu'est-ce qu'une frise de postes ? Ce terme relève du vocabulaire de l'ornementation. Issu du style antique grec, il désigne une suite d'enroulements rappelant des vagues. Ce motif de volutes en « S » continu, ou de « flots », compte de nombreuses variantes. Celui de l’Œil-de-Bœuf est « fleuronné », car une fleur, ou plutôt un fleuron, est situé à sa base. Le caractère royal donné à cet ornement est tout indiqué pour le décor or et blanc de l'antichambre jouxtant la chambre du Roi, aménagée en 1701 par Jules Hardouin-Mansart.

Un décor complexe à cerner

La frise de postes a refait surface lors de la précédente restauration de la pièce, en 1984, mais trop tard pour la restituer. L'entièreté du décor doré en détrempe traditionnelle a donc été recouvert par un bandeau en plein selon une dorure moderne à l'huile ou « mixtion ».

Sous l'Œil-de-Bœuf, le bandeau doré recouvrant la frise de postes en cours de sondage. © EPV / Didier-Saulnier

Durant les études préliminaires menées en 2022, un sondage a été entrepris pour identifier à nouveau ce décor et essayer de mieux le comprendre. S'appuyant sur les éléments photographiques de 1984, de petites stratigraphies de ce bandeau plein ont été réalisées pour connaître la chronologie des motifs. Une couche ancienne de vernis oxydé, difficile à ôter, est apparue tout d’abord comme une partie intégrante du décor, semant malheureusement le trouble. La phase protocolaire de l'année suivante a permis de clarifier les choses, en dégageant, cette fois-ci, de larges zones de vestiges, dont la partie nord qui avait été épargnée par les précédentes restaurations.
Finalement, il s’est avéré que le vernis recouvrait l’ensemble du bandeau, pour l'isoler et peindre par-dessus, notamment en 1814. Une fois dégagé, la partie centrale du décor, peint en grisaille, s’est retrouvée détourée par un fond d'or, suivant une technique dite « en réserve ». Par un jeu de mats et de brillants, comme il est coutume de hiérarchiser les dorures, ce décor s’est laissé percevoir tout autrement.

Dégagement au scalpel du bandeau doré jusqu’au décor d'origine, en 2023. © Thibaud Lemarechal.

La restauration 

La frise de postes du mur nord a tout d’abord été restaurée pour conserver ce précieux témoin de l’époque. Après le dégagement minutieux du bandeau au scalpel, strate par strate sur près de 7 mètres linéaires, elle a dévoilé d’autres secrets.
Outre l’interprétation de la couche de vernis, c’est aussi l'exactitude du dessin qui s’est confirmée grâce à la finesse du tracé. De plus, un double sens de la frise a été relevé, cette typologie d’ornement fonctionnant par symétrie : au centre du mur, côté chambre du Roi, les postes se tournaient le dos pour se rejoindre, face à face, à l’opposé de la pièce, côté cour du Dauphin.
Pour assainir les zones lacunaires du bandeau, une consolidation des écailles a été nécessaire. La difficile question de la stabilité d'une retouche, sur une matière comme l’or, a trouvé une réponse auprès du savoir-faire des artisans-doreurs : la gélatine et la gomme arabique ont été les éléments clés de la reprise du décor, correspondant chacune aux étapes du matage et de la patine en dorure traditionnelle.

Une restitution pas à pas

Concernant les côtés ouest, sud et est, dont les dégagements étaient peu lisibles ou trop abîmés, une restitution s’est imposée. Les fenêtres stratigraphiques du bandeau ont guidé l’emplacement du dessin d’origine et son report à l’aide d’un poncif. Cette technique, très utilisée à la Renaissance italienne pour les fresques, a l’avantage de pallier les défauts de planéité du support.

Étapes de la restitution de la frise de postes, 2023. © Thibaud Lemarechal.

Le poncif posé au pigment est repris par un lavis au pinceau. Une fois le dessin tracé, une première couche de peinture en terre d’ombre naturelle est appliquée. Sur cette accroche, une seconde couche plus foncée et verdâtre fixe le décor pour créer les zones mates. Enfin, une patine d’ocre jaune vient harmoniser l’ensemble. La frise de postes ainsi restituée se déploie tout autour de la pièce sur environ 50 mètres de long et compte près de trois cents flots.

Ce motif, qui n’était plus visible depuis le XVIIIe siècle, délimite la corniche au niveau de l'élément principal du décor de la pièce que sont les compositions de gypserie dorées en haut-relief. Il en réhausse désormais la splendeur tandis que le chantier de l’Œil-de-Bœuf se poursuit.

Thibaud Lemarechal,
peintre en décor du patrimoine des ateliers Gohard participant au chantier de restauration de l’antichambre de l’Œil-de-Bœuf.

Thibaud Lemarechal sur le chantier de restauration, juste en-dessous de la frise de postes restaurée. © EPV / Didier-Saulnier

MOTS-CLÉS