Trois questions
à Vincent Dumestre

Luthiste et chef d’orchestre, Vincent Dumestre et son ensemble le Poème harmonique écument les scènes du monde baroque. Le confinement les a rattrapés juste avant de présenter, à l’Opéra royal, le concert des Symphonies pour le souper du roi de Delalande. Rencontre avec Vincent Dumestre, le dernier jour de l’enregistrement du disque au label Château de Versailles Spectacles.

Enregistrement à l'Opéra royal de Versailles ©Pascal Le Mée / Château de Versailles Spectacles.

Comment avez-vous décidé de devenir luthiste et de vous consacrer au répertoire baroque ?

Vincent Dumestre : J’ai grandi dans une famille de mélomanes. Comme bien des adolescents dans les années 1980, j’ai chanté et joué à la guitare Neil Young et Bob Dylan. Mais je n’ai décidé d’être vraiment musicien qu’après avoir commencé l’école du Louvre. Une vocation tardive et un parcours assez atypique pour un musicien professionnel ! J’ai alors travaillé très sérieusement la guitare classique et suis entré à l’École Normale de Musique de Paris dont les classes de guitare étaient alors sous la houlette du grand Alberto Pons. Au bout de quatre ans, j’ai obtenu mon prix. Mais c’est par hasard, sur France Musique, que j’ai découvert mon instrument de prédilection. J’ai été bouleversé en entendant jouer le très grand luthiste Hopkinson Smith. J’ai coupé mes ongles de guitariste, vendu mon instrument et acheté un luth. J’ai plongé dans cet univers de la musique ancienne qui me touchait infiniment plus que la musique romantique et du XXe siècle que je travaillais alors à la guitare. C’était le début d’une très grande aventure avec un répertoire qui ne me quitte plus.

Qu’est-ce qui caractérise les Symphonies pour le souper du roi de Michel-Richard Delalande ?

Vincent Dumestre : Elles ont été composées par le plus grand compositeur versaillais sous Louis XIV dont la carrière a été fulgurante. Il était le grand favori de Louis XIV, et pour d’excellentes raisons : ce successeur de Lully a inventé le son, le timbre de l’orchestre. Ses Symphonies pour le souper du roi sont une somme de musique extrêmement brillante et raffinée. Pour les jouer, on convoquait les confréries des vents associés aux 24 violons du Roi. Les Symphonies sont aussi très hétéroclites. En fait, réunies en 1703, elles n’ont pas été conçues comme une œuvre, mais plutôt réunies comme pourrait l’être une playlist, si l’on devait transposer aux usages d’aujourd’hui. C’est en quelque sorte la bande-son magnifique des dîners du roi !

Passeur, créateur, chercheur… quel rôle assumez-vous le plus volontiers en tant que spécialiste de la musique ancienne ?

Vincent Dumestre : Dans la musique ancienne, on est souvent chercheur avant d’être musicien. J’ai passé d’innombrables heures en bibliothèque, en France et en Italie, à la recherche d’œuvres peu jouées du XVIIe et XVIIIe siècles. En tant qu’interprète, on est aussi, bien sûr, passeur d’un répertoire que l’on fait revivre. Dans mon parcours, la pédagogie aussi est essentielle : j’ai fondé l’École harmonique, à Rouen, dans laquelle 200 enfants étudient la pratique d’orchestre. Le métier de chef d’orchestre est extrêmement divers : l’on pense aux concerts donnés, mais préparer un projet, le concevoir, c’est parfois travailler à sa réécriture, car les partitions sont lacunaires. Et c’est toujours créer, car un concert n’est pas une accumulation de musique : c’est une histoire que l’on écrit, architecturée par différents moments de sentiments musicaux. Passeur, créateur, chercheur, je suis un peu tout cela à la fois !

Propos recueillis par Clotilde Nouailhat.

Enregistrement à l'Opéra royal de Versailles © Ph. Delval / Poème Harmonique.

Enregistrement à l'Opéra royal de Versailles © Pascal Le Mée /Château de Versailles Spectacles.

MOTS-CLÉS