Quand la BD raconte l'histoire de France

L’exposition sur le château de Versailles dans la bande dessinée est l’occasion de s’interroger sur la représentation de l’histoire de France à travers le neuvième art. Extrait d’un article publié par l’un des commissaires de cette exposition dans le prochain numéro du magazine Château de Versailles.

Révolution, tome 1, par Florent Grouazel et Younn Locard. © Actes Sud - l'An 2, 2019.

Ces dernières années, l’intérêt pour l’histoire, et notamment l’histoire nationale, a été ravivé dans l’espace public, entre autres, à travers le débat autour de la création d’un musée de l’Histoire de France, et cette historiomanie se traduit par une politique éditoriale dynamique dans la presse et la littérature, mais aussi par une multiplication des collections de bande dessinée sur ce thème. Ses expressions ont par ailleurs accompagné l’évolution de la bande dessinée, prenant la forme de bandes dessinées autobiographiques, d’autofictions, de BD reportages, autant de formes qui influencent ou se retrouvent dans les albums traitant de Versailles.

Le château de Versailles, figure iconique de l’Ancien Régime

Versailles, tome 1, par Éric Adam, Didier Convard et Éric Liberge. © Éditions Glénat 2012.

Le château de Versailles occupe une place unique dans l’histoire de France. De l’installation de la Cour de Louis XIV, en 1682, jusqu’en 1789, avec le départ de la famille royale pour Paris, Versailles est le cœur du royaume. Occupant de nouveau un rôle politique et diplomatique de premier plan à partir de la fin du XIXe siècle, le Château est incontournable dès lors qu’il s’agit d’évoquer l’histoire de France du XVIIe siècle à nos jours. Monument, musée, mais aussi parc, Versailles offre de multiples possibilités de décors historiques, mondialement reconnaissables, pour planter l’action d’une fiction historique.

Le dialogue entre les arts semble également jouer un rôle actif sur la bande dessinée. Ainsi, Jacques Glénat s’est-il dit inspiré par la lecture du roman à succès L’Allée du roi de Françoise Chandernagor, publié en 1981, lorsqu’il a créé la collection « Vécu », pionnière dans le genre et qui a largement contribué à populariser la bande dessinée historique. Le renouveau de l’intérêt pour l’histoire, et notamment pour Versailles, en bande dessinée dans les années 2000 s’est également traduit au cinéma, qu’on pense au Le roi danse de Gérard Corbiau (2000), au Marie-Antoinette de Sofia Coppola (2006) ou, dans une moindre mesure, à la série Versailles, diffusée sur Canal + (2015).

« De la bande dessinée historique à l’aventure en costume »

[…] Les bandes dessinées traitant du château de Versailles ou l’évoquant répondent à plusieurs stratégies éditoriales, de la bande dessinée historique à l’aventure en costumes en passant par le docu-fiction1.

Histoire de l'Histoire de France, tome 1, par Thierry Laudrain. © Bamboo, 2019.

S’inscrivant dans une longue tradition de transmission de l’histoire par l’image, dont participent les galeries historiques de Louis-Philippe, et notamment sous la forme de courts récits dans la presse enfantine, jamais repris en albums, les éditions Larousse ont été les premières à lancer, de 1976 à 1978, une collection à vocation pédagogique intitulée « L’Histoire de France en bandes dessinées ». Cette tradition est toujours vive aujourd’hui avec la collection de Casterman « L’histoire de France en BD », celle du journal Le Monde « L’histoire de France en bande dessinée », ou encore les éditions La Découverte avec la série « Histoire dessinée de la France ».

D’autres bandes dessinées, majoritaires parmi celles que nous avons pu identifier, utilisent un cadre historique comme toile de fond pour une fiction. Parfois l’Histoire y est un pur élément de décor, avec lequel des libertés certaines peuvent être prises, et parfois elle participe pleinement de la trame du récit. Celui-ci peut s’appuyer sur des faits connus pour en apporter une version romanesque, éventuellement en s’appuyant sur des personnages déjà popularisés, comme le chevalier d’Éon.

Le fantastique n’est pas absent, toujours en s’appuyant sur des éléments réputés historiques comme l’alchimiste Cagliostro, ou la légende du masque de fer. Mais les auteurs aiment aussi à réécrire l’histoire pour en proposer des versions alternatives dans des uchronies dans lesquelles, par exemple, Marie-Antoinette fuit la rage des révolutionnaires grâce à la complicité de Bonaparte, ou une autre dans laquelle le jeune Louis XVII a survécu et prépare son retour en s’initiant à l’alchimie.

Jacques-Erick Piette,
responsable du secteur médiation culturelle au château de Versailles

1. Ivan Jablonka, « Histoire et bande dessinée »,  La Vie des idées, 18 novembre 2014.


Le Sang du dragon, tome 7, par Jean-Luc Istin et Stéphane Créty. © Éditions Soleil, 2013. 

À VOIR

Exposition Versailles 
dans la bande dessinée

Jusqu’au 31 décembre 2020
Salle du Jeu de Paume
1, rue du Jeu de Paume, 78000 Versailles

Horaires
Tous les jours, sauf le lundi, de 9 heures à 17 h 30 (dernière admission 16 h 45)

Accès gratuit

Commissariat
Yves Carlier, conservateur général au musée national des châteaux de Versailles et de Trianon
Jacques-Erick Piette, responsable du secteur médiation culturelle au château de Versailles

Scénographie
Cédric Guerlus (agence Going Design)


À LIRE

Le catalogue de l’exposition
Coédition château de Versailles – In Fine
192 p., 29 €

Le magazine Château de Versailles
Retrouvez l’intégralité de cet article dans le numéro 39 du magazine Château de Versailles (octobre-décembre 2020).

Disponible en kiosque à partir du 6 octobre et sur la boutique en ligne du Château : boutique-chateauversailles.fr

Possibilité de précommande auprès des éditions Soteca : abo-soteca@abonnescient.fr
Tél. : 01 44 70 14 79


Commentaires