Pourquoi Louis XIV
aimait-il tant les jeux d'eau ?

Les origines de la passion de Louis XIV pour les jardins et les pièces d’eau intriguent les historiens. Une brève approche est proposée ici sous l’angle de la cognition – ensemble de processus mentaux permettant de traiter les informations internes et externes – afin de réfléchir sur Louis XIV et sa conception de l’espace.

Bosquet de l'Arc-de-Triomphe [détail]. © EPV / Thomas Garnier.

Au Château-Neuf de Saint-Germain, enfant, Louis XIV avait pu apprécier des paysages à l’horizon infini et les fééries hydrauliques mises en scène dans certaines grottes et nymphées survivant dans les galeries de jardins suspendus en cours de dégradation1. De plus, son père lui avait probablement décrit les plaisirs visuels, tactiles et auditifs, éprouvés lors de sa propre enfance, grâce à ces jeux d’eau et à leurs automates, alors au sommet de leur magnificence.

Louis XIV, suivi de Turenne, assistant à une chasse au vol, en vue du Château-Neuf et des terrasses de Saint-Germain-en-Laye, en 1669, par Adam-Frans Van der Meulen,1669. © Château de Versailles, Dist. RMN / Jean-Marc Manaï.

Des émotions positives qui n'ont pas été oubliées

La disparition précoce de son père et le séjour à Paris ont éloigné pendant quelques années Louis XIV de cet environnement paysager. Cependant, les émotions positives qu’il y avait éprouvées ont très certainement renforcé leur mémorisation. Cette faculté cognitive l’incita pour une grande part, en 1666, à engager des frais conséquents pour la reconstruction de l’architecture des terrasses visibles depuis la Seine. Cependant, pour maintenir la stabilité de l’ensemble réalisé sur la forte déclivité du coteau du Pecq, les arrivées d’eau, source de plaisirs, furent supprimées2. On peut alors imaginer que ce manque de jeux d’eau entraîna Louis XIV à en faire créer par Charles Le Brun sur des terrains plus propices.

Vue de la face extérieure de la grotte de Versailles, par Jean Le Pautre, 1672. © RMN-GP (château de Versailles) / DR.

C’est ainsi qu’à Versailles, de 1666 à 1684, la grotte de Thétis et ses éléments aquatiques très élaborés furent conçus. Ces magnifiques décors ne semblaient pas combler Louis XIV émotionnellement car, en 1669 à Saint-Germain, une autre grotte ornée de miroirs et animée d’un jet d’eau apparut à proximité immédiate de sa chambre, donc dans ses appartements dits « Petit Appartement du Roi », au nord-est du Château-Vieux3.

Bosquet des Trois fontaines, créé par Le Nôtre en 1677 et mentionné sur un plan ancien "de la pensée du Roi", restitué en 2005. © EPV / Thomas Garnier.

Un caractère « perceptivomoteur »

Cette transposition des nymphées ayant existé au Château-Neuf pourrait s’expliquer. Cette grotte, quoique bien plus petite que celle de Thétis, serait un signe que Louis XIV préférait une atmosphère intime aux cérémonies de lever et de coucher exposées à sa cour de Versailles.

« Le plaisir visuel de contempler s’associe à celui de se déplacer dans les jardins, transposition de sa joie de danser. »

Quand il quitta Saint-Germain pour Versailles en 1682, peut-on alors évoquer la rupture définitive avec les émotions de son enfance ? Le goût de Louis XIV pour les jardins de Versailles n’est pas qu’une réminiscence des jardins suspendus de Saint-Germain, il correspond, en psychologie cognitive, au type de caractère du souverain mis en valeur par son érudition culturelle. Son style naturel « perceptivomoteur »4, lié à la facilité de se représenter mentalement l’espace, s’exprime alors dans sa complétude : le plaisir visuel de contempler s’associe à celui de se déplacer dans les jardins, transposition de sa joie de danser.

Bosquet du Théâtre d'Eau, restauré en 2015 selon une proposition de l'artiste Jean-Michel Othoniel qui interprète dans l'espace les pas de danse qu'affectionnait Louis XIV, décrits dans un ouvrage de Raoul-Auger Feuillet datant de 1701. © EPV / Thomas Garnier.

C’est à ce titre que Louis XIV sut reconnaître les qualités exceptionnelles d’André Le Nôtre dans l’art des jardins et que, sur le plan humain, il a vécu une rare complicité et entretenu régulièrement de longues conversations avec ce célèbre jardinier5 : ils y développaient leur goût commun pour la gestion harmonieuse des perspectives dans les grands espaces et leur plaisir de les parcourir.

Le mystère du goût de ce grand souverain pour les jardins n’est qu’en partie dévoilé à travers ce passage de vie de Saint-Germain à Versailles. L’étude des liens du souverain avec l’ensemble des jardins royaux, nous apportera certainement d’autres enseignements.

Eve Golomer,
docteur en neurosciences de la cognition et des arts de l’espace

1 Elie Brackenhoffer, Voyage de Paris en Italie, 1644-1646, traduit de l’allemand par H. Lehr, Nancy, 1927, p. 14-18.

2 Emmanuel Lurin, « L’éclat retrouvé : les restaurations des terrasses sous Louis XIV » in Le Château-Neuf de Saint-Germain- En-Laye, Les Presses Franciliennes, 2010, p. 141.

3 Louis Le Laboureur, La Promenade de Saint-Germain, à Mademoiselle de Scudéry, Guillaume de Luyne, Paris, 1669, p. 41 et Béatrix Saule, « Décor et ameublement des appartements royaux » in De la Naissance à la gloire, Louis XIV à Saint-Germain-en-Laye 1638-1682, pp. 127-128.

4 En psychologie, relatif à la capacité de l'individu d'adapter ses mouvements physiques à l'information sensorielle reçue (Encyclopædia Universalis).

5 Gérard Mabille, « Louis XIV ou le roi jardinier » in Louis XIV : l’homme et le roi, Skira-Flammarion, 2009, pp. 124-133.


À VOIR ET RESSENTIR

Les Grandes Eaux et les Jardins Musicaux dans les jardins du château de Versailles.


À LIRE

Retrouvez cet article, et bien d’autres, dans le n°9 de la revue Château de Versailles (avril 2013),  disponible en kiosque et sur la boutique en ligne du Château.