Imaginer Marly

Ce château unique en son genre où Louis XIV a poussé le raffinement à l’extrême, tant dans la réception de ses invités que dans les jardins, comment se le figurer alors qu’il a complètement disparu ? Le nouveau musée du Domaine royal de Marly s’est appuyé sur les outils de médiation pour faire revivre les lieux.

Maquette du château de Marly dans le nouveau musée. © Musée du Domaine royal de Marly / J.-Y. Lacote. 

Connu autrefois sous le nom de Musée-Promenade, le musée du Domaine royal de Marly a ouvert ses portes au public. Une nouvelle scénographie, sur près de 400 mètres carrés, guide le visiteur dans la découverte de cette demeure de plaisance chère à Louis XIV, entièrement disparue au début du XIXe siècle.

Vue du nouveau musée du Domaine royal de Marly avec, en premier plan, une maquette générale du site. © Musée du Domaine royal de Marly / J.-Y. Lacote. 

Le caractère feutré d’une résidence très privée

Une remontée dans le temps fait appréhender la résidence, située non loin de Versailles, mais aux usages ô combien différents. Tableaux, statues, dessins, mobilier, gravures et objets archéologiques sont réunis pour faire revivre l’architecture du château et la composition des jardins qui abritaient quantité de sculptures, antiques collectionnés par le Roi ou créations nées de l’habileté de ses sculpteurs.

Louis XV et Louis XVI, moins assidus que Louis XIV, avaient pourtant réalisé des aménagements, mais la Révolution sonna le glas pour le domaine : après avoir été dépouillé de ses décors et statues, dont les illustres Chevaux de Marly, le château fut détruit et la nature ne tarda pas à reprendre ses droits. Inauguré en 1982, le Musée-Promenade de Marly-le-Roi / Louveciennes avait fermé à la suite d’une importante inondation en octobre 2016. Une campagne de travaux sans précédent a permis de déployer davantage les collections permanentes et d’aborder de nouveaux thèmes comme le caractère intime, feutré de cette résidence unique où seuls quelques élus avaient le privilège d’être reçus.

Restitution en image en 3D du pavillon du globe céleste au musée du Domaine royal de Marly. © Hubert Naudeix / Aristeas.

En complément des œuvres et de ce qu’elles illustrent, les outils de médiation les plus divers multiplient les « postures de visite » en sollicitant tous les sens. Avec le même dessein : faire comprendre ce qui n’est plus et capter ainsi l’âme des séjours à Marly, si convoités par les courtisans.

Le mécanisme de la fameuse machine de Marly à éprouver manuellement. © Musée du Domaine royal de Marly / J.-Y. Lacote. 

La machine de Marly à faire fonctionner soi-même

De courtes vidéos et des maquettes animées ponctuent le parcours de visite. Incontournable du musée, l’ingéniosité de la machine de Marly, qui a nécessité des aménagements faramineux sur la Seine, est célébrée par une nouvelle maquette. Tout visiteur est incité à la mettre lui-même en marche pour actionner grande roue et pompes afin d’alimenter les jets d’eau d’une cascade… factice. Quant aux usages de l’invitation à Marly, si connus, ils sont enseignés à travers une galerie de portraits et un accompagnement sonore égrenant les personnalités qui ont composé la compagnie du Roi.

Découverte des lieux tels qu'ils étaient en 1715 lors de l'observation d'une éclipse de soleil par le Roi en présence de l'astronome Cassini. © Musée du Domaine royal de Marly / J.-Y. Lacote. 

Enfin, pour se sentir comme ses invités, une expérience de réalité virtuelle vous entraîne à la suite de Louis XIV. En effet, le 3 mai 1715, celui-ci observait à Marly, en présence de l’astronome Cassini, une éclipse de soleil. L’événement a été scénarisé et interprété par des comédiens photomodélisés et intégrés dans des décors reconstitués virtuellement, ceux du grand salon, de l’appartement du Roi et du pavillon ayant abrité le majestueux globe céleste de Coronelli. Le visiteur équipé d’un casque redécouvre alors ces lieux et suit les préparatifs de l’observation pour contempler l’éclipse aux côtés du Roi-Soleil.

Géraldine Chopin,
Responsable scientifique du musée du Domaine royal de Marly


De nouvelles œuvres à découvrir

La visite s’est enrichie de nouvelles œuvres grâce à des prêts et des dépôts, notamment du château de Versailles qui les a complétés par un portrait, d’après Jean-Baptiste Santerre, de Philippe d’Orléans – qui, devenu régent, délaissa Marly – et La Prise d’Aire, 31 juillet 1676, par Van der Meulen, qui commémore les succès militaires de Louis XIV.

La Prise d'Aire, 31 juillet 1676 [détail], par Van der Meulen. © Château de Versailles, Dist. RMN /Christophe Fouin.

Par ailleurs, les fouilles archéologiques du pavillon royal menées par l’Établissement public, en 2015, ont mis au jour de fragiles pièces de verrerie, des aiguières et des faïences au décor chinoisant. La présentation de ces objets vient rendre tangible le quotidien des séjours à Marly. D’autres musées et institutions ont également déposé des tableaux de fleurs et de chasse dont le Roi s’était entouré en ces lieux.


À VISITER : le Musée du Domaine royal de Marly

1, Grille royale – Parc de Marly
78160 Marly-le-Roi
Tel : 01 39 69 06 26

Dans le contexte du déconfinement, horaires d'ouverture modifiés en juillet et août 2020 :

Du mercredi au vendredi : 14h00–18h00 ; le samedi et le dimanche : 10h30–18h00

À partir du 1er septembre 2020, horaires habituels d'ouverture :

D'avril à septembre : du mercredi au vendredi : 9h30–12h30 et 14h00–18h00 ; le samedi et le dimanche : 10h30–18h00
D'octobre à mars : du mercredi au vendredi : 9h30–12h30 et 14h00–17h00 ; le samedi et le dimanche : 10h30–17h00

Tarifs
Plein : 7 € / Réduit : 5 €
Séances de réalité virtuelle : 6 €, sur réservation le samedi et le dimanche après-midi

Informations
contact@musee-domaine-marly.fr

 

 


Commentaires