La salle du Sacre,
tout en nuances

Entre le Grand Appartement de la Reine et la salle 1792, le visiteur tombe en arrêt sur la salle du Sacre. Immenses tableaux, dont le fameux Sacre de Napoléon, et profusion des ors forment un écrin monumental qui paraît toujours avoir été ainsi. En 2018, sa restauration a confirmé, à la fois, une réalité tout autre et la qualité exceptionnelle de son décor.

Au centre de la salle du Sacre. ©château de Versailles / Didier-Saulnier.

À l’articulation entre le corps central du Château et l’aile du Midi, c’était, au XVIIe siècle, un espace vide. Il fut rapidement comblé, en 1672, pour y élever, depuis le rez-de-chaussée, une chapelle qui fut déplacée, en 1683, vers l’aile du Nord. Le niveau de la tribune devint alors un étage à part entière qui fut aménagé en Grande salle des Gardes commune au Roi et à la Reine. Louis XIV étendait alors, en effet, ses appartements sur ceux de sa défunte épouse, Marie-Thérèse. « Ce qui était au départ un espace en plein air entre plusieurs bâtiments est resté un lieu instable », raconte Frédéric Lacaille, conservateur en chef du patrimoine au château de Versailles.

« C’était la seule à pouvoir contenir des peintures aussi importantes, de plus de dix mètres de long et six mètres de haut »

Cette vaste salle fut ensuite choisie par Louis-Philippe pour accueillir les œuvres de très grands formats, réunies à la gloire de Napoléon Ier. « C’était la seule à pouvoir contenir des peintures aussi importantes, de plus de dix mètres de long et six mètres de haut », précise le conservateur, chargé des collections du XIXe siècle, que ce lieu touche particulièrement. En son centre, la colonne d’Austerlitz qui, le long de son fût, narre les premières victoires consulaires et impériales, est considérée comme un chef-d’œuvre de la porcelaine. L’ensemble est spectaculaire et paraît avoir été conçu tel quel. Pourtant, son décor actuel, exécuté sous la direction de l’architecte Frédéric Nepveu entre 1833 et 1835, porte bien les marques de ses transformations.

La colonne d’Austerlitz trônant au centre de la salle. ©château de Versailles / Didier-Saulnier.

Transformations entremêlées

Chapelle, grande salle des Gardes, puis espace de musée, la salle du Sacre cache bien, fondues parmi les ors, ces modifications qu’un regard exercé peut néanmoins déceler. L’architecte Jérôme Léon, qui a suivi le chantier de sa restauration, en 2018, sous la direction de Frédéric Didier1, en pointe du doigt les traces principales. On n’hésitait pas à se jouer, autrefois, des matériaux : le stuc, le papier mâché, le carton-pierre, et, enfin, le staff permettaient de remplacer, par souci d’économie, la pierre ou le bois, lequel imitait le marbre, à certaines occasions. Ainsi du lambris toute hauteur de la salle du Sacre, traité en faux marbre pour garder la continuité avec la salle des Gardes de la Reine, située à côté. « Les assemblages de bois sont cachés tandis que les faux joints de maçonnerie sont bien mis en évidence », fait malicieusement remarquer Jérôme, alors que le décor sculpté sur les panneaux et les moulures de bois est rapporté en carton-pierre, une technique du XIXe siècle issue du papier mâché2.

La salle du Sacre du côté des fenêtres. ©château de Versailles / Didier-Saulnier.

Effets d’ombre et de lumière

Jérôme Léon insiste sur toutes les nuances mises au jour par la restauration de la salle du Sacre. Ce sont, tout d’abord, les tons de gris, de blanc et de faux marbre blanc veiné dont le nettoyage a fait apparaître la subtilité. « Entre les panneaux, les éléments en ronde-bosse et le fond du lambris, s’est révélée une gradation très fine qui donne des effets de profondeur », raconte le jeune architecte. Celui-ci attire aussi l’attention sur l’embrasure des fenêtres où le faux marbre blanc veiné - devenu uniformément jaune avec le vieillissement du vernis - se confondait, avant les travaux, avec le faux marbre Campan vert du soubassement, terni lui aussi par le soleil.

Mais il faut surtout lever la tête, dans la salle du Sacre, pour admirer son extraordinaire voussure. « La corniche qui la borde ornait déjà la Chapelle », précise Jérôme. Pour preuve ? : « les motifs de fleurs en plâtre ne sont pas dorés derrière les tableaux du Sacre et de La Distribution des Aigles ». La frise de cannelures, en carton-pierre, a été rajoutée ensuite pour donner plus d’épaisseur à cette corniche. Il s’agissait probablement de rétablir les proportions avec le décor de la voussure réalisé au XIXe siècle par une équipe de peintres décorateurs sous la direction de Jean Alaux.

La voussure de la salle du Sacre. ©château de Versailles / Didier-Saulnier.

« C’est un travail splendide dont on a pu retrouver les effets d’ombre et de lumière suggérés depuis l’éclairage naturel des fenêtres. Les traits dessinés au crayon et les points des poncifs3 du dessin préparatoire se voient encore par transparence sous la peinture, puis les différentes teintes qui ont été passées, couche après couche, et créent l’effet de relief, le tout souligné par les rehauts de grisaille d’or, surabondants au plafond de cette pièce », commente Jérôme Léon. Un décor, jusqu’ici jamais restauré, qui a été redécouvert : « Quelle belle révélation ! La salle du Sacre était restée dans son jus et la dorure, après nettoyage, est apparue intacte, comme neuve », se félicite Frédéric Lacaille qui précise que l’architecte Nepveu avait joui d’une grande liberté décorative pour aménager cet endroit grâce à son passé fluctuant, sans rôle déterminant qui imposât un style.

Détail de la peinture du plafond : Allégorie au 18 brumaire, par Antoine François Callet. © château de Versailles / Didier-Saulnier.

Des tableaux venus de toutes parts

Pourtant, on se sent emporté dans cette profusion d’ors et l’élan des grandes scènes historiques qui sont dépeintes. « Alors qu’elle est le résultat de nombreux recyclages, cette salle, curieusement, montre une cohérence décorative rare, admet Frédéric Lacaille, Quasiment aucun des tableaux présents n’était au départ destiné à cet endroit, y compris celui au plafond qui a dû être rallongé à ses deux extrémités pour être adapté à l’encadrement réalisé par Plantar ». De même pour le portrait de Napoléon empereur, dont le format a été augmenté par un entourage en bois peint à même les planches. Il a d’ailleurs fallu, lors des travaux, en corriger la couleur, fixée, à l’époque, à partir du tableau déjà encrassé.

La Distribution des aigles ou Serment de l'armée fait à l'Empereur après la distribution des aigles, 5 décembre 1804, par Jacques-Louis David, 1810 [détail]. RMN-GP (Château de Versailles) / © Franck Raux.

La Bataille d’Aboukir, 25 juillet 1799 avait été réalisée par Antoine-Jean Gros, en 1806, pour Murat qui l’installa dans le Palais-Royal de Naples où il venait d’être nommé roi par son beau-frère. La Distribution des aigles par David s’était d’abord retrouvée, en 1811, dans la salle des Gardes des Tuileries et les figures allégoriques des dessus-de-porte par Gérard (dont l’une des toutes premières représentations d’un Gaulois pour Le Courage guerrier) avaient été commandées par Charles X pour le musée du Louvre. Quant à la fameuse réplique du Sacre, elle avait fait un long périple entre Paris, Bruxelles, plusieurs villes des États-Unis, puis Londres et Paris avant d’être achetée aux héritiers Singer pour le château de Versailles en 1947 ! Drôle de patchwork qui, au bout du compte, impressionne d’un seul tenant. Une sorte de « salon de famille », selon les mots de Frédéric Lacaille, dont les différents membres auraient beaucoup voyagé avant de tous se retrouver dans la grande salle du Sacre.

Lucie Nicolas-Vullierme, Rédactrice en chef des Carnets de Versailles

  1. L’Architecte en chef des Monuments historiques chargé du château de Versailles.
  2. Plus exactement, mélange de pâte à papier, de colle de peau et de charges minérales utilisé pour la confection des ornements.
  3. Un poncif est un dessin piqué d’une multitude de petits trous qui permettent, au moyen d’une poudre de charbon, d’en reporter les contours.

La salle du Sacre a été restaurée

grâce au mécénat de Plastic Omnium et d’AXA.