Sacrés sujets !

Admirer les arbres les plus précieux en fonction de leur âge, de leurs dimensions, de leur beauté ou de leur rareté botanique. Il ne s’agit pas de suivre un label, mais d’honorer les témoins de notre histoire.

Vue du jardin anglais du Petit Trianon. © Château de Versailles / Didier Saulnier.

Afin de permettre aux visiteurs de les localiser et d’apprendre leur histoire, vient d'être mise en place une promenade balisée autour des arbres du domaine et la publication d’un guide. Il est donc désormais possible à ceux qui s’intéressent aux arbres, et ils sont nombreux, de mieux connaître de vénérables sujets, comme le chêne qui vit à deux pas du Grand Trianon et qui est contemporain de la construction du Château. D’une hauteur de 36 mètres, avec un tronc d’une circonférence de 5,25 mètres, il est né en 1668, d’après les spécialistes qui l’ont examiné.

Genévrier de Virginie. © Château de Versailles / Didier Saulnier.

La tempête Lothar, il y a vingt ans

Il n’est pas le seul à avoir résisté aux guerres et aux révolutions, aux maladies, à la folie des hommes et aux caprices de la météo, comme la terrible tempête de 1999. Le 26 décembre, des rafales de vent d’une violence inouïe détruisent, en quelques heures, des milliers de feuillus et de conifères, dont certains âgés de plusieurs centaines d’années. Les Français prennent alors conscience que les arbres sont des repères pour ceux qui savent les regarder et qu’ils rythment la vie des parcs et jardins. Mieux encore, ils nous communiquent les éléments du temps à venir, mais aussi et surtout du temps passé et, même après leur mort, la coupe de leur bois fournit de précieuses informations sur le climat des siècles précédents. Pour cette raison, et pour leur offrir une seconde vie, est organisée le 21 octobre 2000 une vente des arbres historiques sous le péristyle du Grand Trianon. Devant les médias du monde entier, des centaines de curieux et acheteurs se pressent pour tenter d’acquérir la souche d’un vieil if, une coupe de cèdre, de tulipier, ou le tronc d’un pin laricio.

Sophora du Japon. © Château de Versailles / Didier Saulnier.

Sophora du Japon, cèdre du Liban et « pied d’éléphant »

Pour le plus grand bonheur des jardiniers, le Sophora du Japon, planté pour le jardin de la Reine, est absent de ces enchères, car il est intact. Rapporté d’Angleterre en 1764 par Antoine Richard, botaniste, puis jardinier du Petit Trianon, cet arbre était alors très rare en Europe : il venait seulement d’être découvert en Chine, en 1747. Celui du Domaine de Trianon n’est peut-être pas le premier spécimen planté en France, il est assurément aujourd’hui l’un des plus âgés. Il en est de même pour le cèdre du Liban, planté non loin du Temple de l’Amour.

Cèdre du Liban. © Château de Versailles / Didier Saulnier.

Les plus vieux cèdres introduits en France le furent en 1734. Ils ne provenaient pas du Liban, mais d’Angleterre, offerts à Bernard de Jussieu par Peter Collinson (1695- 1768), membre éminent de la Royal Horticultural Society et botaniste reconnu. Le premier d’entre eux vit toujours dans le Jardin des Plantes de Paris et sa santé est bonne. Le second avait été installé à Noisy-le-Roi, une commune proche de Versailles. Il fut abattu en 1998 après avoir été frappé par la foudre. Le troisième serait celui de Trianon. D’autres sources indiquent que c’est Antoine Richard qui l’aurait rapporté d’Angleterre en 1764. Ces deux hypothèses ont été démenties en 2000 par une étude menée par l’Office Nationale des Forêts qui, après examen approfondi, précise que cet arbre ne serait né qu’en 1840 !

Platane dit "au pied d'éléphant". Sophora du Japon. © Château de Versailles / Didier Saulnier.

Autre rescapé de la tempête, le platane qui pousse sur une pelouse à deux pas du hameau de la Reine. Il n’est pas le doyen des arbres du parc – il a été planté en 1798, sous le Directoire – mais il est incontestablement le plus imposant, avec son tronc gigantesque qui justifie son appellation de « pied d’éléphant ». Il mérite amplement le titre d’arbre admirable, tout comme de nombreux autres qui doivent être aujourd’hui répertoriés.

Les arbres admirables, c’est une évidence, ne sont pas seulement des monuments de sève et de bois, ils sont les témoins vivants des siècles passés qu’il convient d’admirer, de soigner, si nécessaire, et surtout de protéger.

Alain Baraton,
jardinier en chef du Domaine de Trianon et du Grand Parc de Versailles

 

Le parcours autour des arbres admirables est réalisé grâce au mécénat de la Maison Rémy Martin.


À VOIR

À la rencontre des Arbres admirables du domaine de Versailles

Le château de Versailles propose désormais un parcours à travers une brochure, disponible sur place, ou l’application « Château de Versailles » sur onelink.to/chateau