Hameau de la Reine,
sans coutures

Pour accompagner le dévoilement de la maison de la Reine, restaurée l'année dernière, le château de Versailles a numérisé en 3D ses intérieurs, ainsi que tout le Hameau, ses fabriques et son décor paysager. Virtuelle, l’aventure n’en est pas moins émouvante et instructive.

Capture et modélisation par la société Drone Volt. Grâce à la photogrammétrie, les clichés du grand salon jaune sont traités par un logiciel qui détecte leurs points de concordance GPS et compose un nuage de points, à partir duquel sont reconstitués en 3D l’espace et le mobilier. © EPV-Drone Volt.

Grâce au mécénat de Dior,  pénétrer aujourd’hui en ces lieux n’est plus un rêve : des visites guidées, très appréciées du public, permettent de découvrir les intérieurs qui forment la maison de la Reine. Un véritable privilège dont il est possible, désormais, de faire l’expérience virtuelle.

Le hameau de la Reine dans son ensemble peut être visité à distance depuis le site Internet du Château. Chants d’oiseaux, ciel bleu parsemé de nuages cotonneux, lac étincelant et végétation printanière : le décor est planté. Chacune des différentes fabriques qui le composent – la maison de la Reine et le réchauffoir, le boudoir, la maison du garde et le pigeonnier, la tour de Marlborough et la laiterie de propreté, le moulin – a été modélisée pour être présentée dans des parcours commentés. La maison de la Reine bénéficie d’un traitement particulier. L’on peut explorer ses différentes pièces et admirer ses meubles les plus emblématiques, documentés par des commentaires éclairant le choix du remeublement sous l’impératrice Marie-Louise.

Salle à manger © EPV.

Entre rendu photographique et graphisme de synthèse, ces modélisations 3D sont réalisées grâce à la photogrammétrie. Cette technique, utilisée notamment dans l’élaboration de plans et de cartes, imite la vision stéréoscopique humaine. Elle permet de reconstituer en 3D des espaces complexes à partir de photographies prises de différents points de vue, notamment aériens. Il faut imaginer les longues séances de reportage photographique par drone pour les extérieurs et manuel pour les intérieurs, le quadrillage précis des lieux, pour capter les fabriques sous toutes leurs coutures. Puis l’assemblage des milliers de photographies récoltées – 1 000 à 5 000 photographies par fabrique – pour reconstituer les lieux avec un maximum de détails, de l’herbe poussant sur le chaume de la maison de la Reine aux briques moussues du boudoir.

Boudoir faisant chambre à coucher © EPV.

L’expérience tiendra d’autant plus du mirage si on la vit coiffé d’un casque de réalité virtuelle. Avis à ceux qui voudraient découvrir autrement ce paradis secret de Marie-Antoinette.

Clotilde Nouailhat


À VIVRE

© EPV

Sur le site Internet du Château et sur son compte Sketchfab.