Versailles à l'autre bout du monde

« Versailles. Treasures from the Palace » plante le décor de Versailles en Australie. Ce sont ses ambiances variées, ses ors et ses marbres, ses intérieurs et ses jardins, ses incroyables perspectives et ses effets scéniques, que le château de Versailles expose actuellement à la National Gallery of Art (NGA) de Canberra.

La statue originale de Latone et ses enfants (1668-1670), réalisée par les frères Gaspard et Balthasar Marsy pour orner le majestueux bassin situé au cœur de la Grande Perspective. Exposition « Versailles. Treasures from the Palace », Canberra © National Gallery of Art.

Si des œuvres versaillaises avaient déjà été prêtées en Australie, c’est une première pour la NGA, un musée aux formes anguleuses construit dans les années 1980 par l’architecte Colin Madigan et dont la programmation très éclectique accueille aussi bien des installations d’artistes contemporains que des pièces d’Art aborigène.

Peintures, sculptures, boiseries et marqueteries, meubles et objets d’arts, objets quotidiens ou rares, ces œuvres symbolisent à merveille le raffinement à la Cour des XVIIe et XVIIIe siècles. La plupart des pièces présentées actuellement à Canberra avaient fait l’objet d’une exposition de longue durée organisée au musée des Beaux-Arts d’Arras : « Le château de Versailles en 100 chefs-d’œuvre » (septembre 2014 - mars 2016). Mais sur ce continent, elles prennent une autre dimension. « L’exposition amène à l’autre bout du monde, non seulement les trésors de Versailles, ses chefs-d’œuvre, mais aussi et surtout, tout un contenu culturel, auquel les Australiens sont particulièrement sensibles de par l’histoire de la naissance de leur nation », explique Silvia Roman (service des expositions du Château).

Au premier plan, le bureau du Dauphin, fils de Louis XV, par Bernard Van Riesen Burgh. Au fond à droite, La Famille du marquis de Sourches, peint par François-Hubert Drouais, en 1756. À gauche, Louis XVI donnant ses instructions à La Pérouse, 29 juin 1785, par Nicolas-André Monsiau en 1817. Exposition « Versailles. Treasures from the Palace », Canberra © National Gallery of Art.

Au sol, le tapis de la Grande Galerie du Louvre, réalisé par la Manufacture de la Savonnerie (Paris) vers 1682, d'après Charles Le Brun. De part et d'autre du tapis, une collection de vases réalisés en bronze vers 1665 par François Picard et Denis Prévost. Au mur, la tapisserie Le Roy Louis XIV visitant les Manufactures des Gobelins, tissée à la manufacture des Gobelins d’après Charles Le Brun, série de l’Histoire du Roy, 1729-1734. Tout au fond, vases en marbre jaune réalisés par  Giovanni-Antonio Tedeschi, 1686-1687. Exposition « Versailles. Treasures from the Palace », Canberra © National Gallery of Art.

Parmi les 130 œuvres exposées se distinguent la gigantesque peinture La Famille du marquis de Sourches, de François-Hubert Drouais (1727-1775), qui mesure plus de trois mètres de hauteur, la sculpture originale Latone et ses enfants (1668-1670) dont les marbres de Carrare pèsent une tonne et demie, les tentures monumentales réalisées dans les années 1730 de la Manufacture des Gobelins.

Dans le registre plus intime et quotidien, sont donnés à voir des pièces de la Manufacture royale de Sèvres, la harpe de Marie-Antoinette, des éventails précieux à l’iconographie fascinante…

À gauche, Antoinette-Elisabeth-Marie d'Aguesseau, comtesse de Ségur, peint par Élisabeth Vigée-Le Brun en 1785. Au centre, la harpe de Marie-Antoinette et le tableau Marie-Antoinette, reine de France, peint par Élisabeth Vigée-Le brun entre 1779 et 1788. À droite, Yolande-Gabrielle-Martine de Polastron, duchesse de Polignac, peint en 1782 par Élisabeth Vigée-Le Brun. Exposition « Versailles. Treasures from the Palace », Canberra © National Gallery of Art.

Pour être présentées à Canberra, ces œuvres ont fait l’objet d’un examen rapproché après mise en quarantaine, comme l’imposent les procédures très strictes d’importation australiennes, pour éviter toute introduction possible de nouvelles espèces sur leur territoire.

La scénographie, mimétique et immersive, évoque les décors de Versailles tels que l’escalier des Ambassadeurs à travers la Grille dorée de la salle des Hocquetons, la galerie des Glaces en vue panoramique ou le bosquet du Labyrinthe, avec un parcours végétalisé artificiel.

La Grille de la salle des Hocquetons, réalisée par Delobel en fer forgé et doré, vers 1672. Exposition « Versailles. Treasures from the Palace », Canberra © National Gallery of Art.

Pour le jeune public, le musée déploie tout un programme d’ateliers où l’on apprend à fabriquer des lustres du Château, des coussins en forme de topiaires, des grenouilles inspirées du bassin de Latone en origami, des décors en papier peint.

Si à ce jour, les chiffres de fréquentation n’ont pas encore été communiqués, l’équipe de la NGA évoque un « succès exceptionnel » pour cette exposition.

Clotilde Nouailhat


Versailles. Treasures from the palace

Du 9 décembre 2016 au 17 avril 2017
National Gallery of Art, Canberra, Australie
Commissariat de l'exposition : Béatrix Saule

Auteur


Commentaires