De Le Nôtre à Mozart,
des Voix royales

Versailles Festival revient cet été pour une troisième édition. Cette année, la programmation musicale et festive rend hommage à la figure de Le Nôtre, sans qui les Grandes Eaux – et leurs fabuleuses mises en musique – n’auraient jamais existé.

 

Les cinq composantes du « Versailles Festival » sont maintenant bien fixées : les Grandes Eaux Musicales rehaussées par les treize représentations des Grandes Eaux Nocturnes ; un spectacle de très grand format en plein air dans le parc du Château : en 2013, le Grand Carrousel royal de Versailles ; un Bal masqué géant dans l’Orangerie, conçu cette année par Kamel Ouali ; l’exposition d’art contemporain confiée cette année à Giuseppe Penone ; enfin un cycle de concerts prestigieux dans les plus belles salles du Château.

Vue du bassin de Neptune, du bassin du Dragon et de l'allée d'Eau avec le jugement de Pâris [détail], par Jean Cotelle, 1688-1693, musée national des châteaux de Versailles et de Trianon. © Château de Versailles, Dist. RMN / © Christophe Fouin

Il était tentant, après Vivaldi et Haendel, d’ouvrir encore une page monographique. Et en quelque sorte, c’est un hommage à André Le Nôtre, dont on fête le 400e anniversaire de sa naissance, qui aura inspiré certains des projets artistiques réunis en 2013, à commencer par les Grandes Eaux qu’il fit naître, le Bal masqué de Kamel Ouali, Bal des extravagants présenté dans l’Orangerie (lire ci-dessous) – cette cathédrale conçue pour les plantes de Le Nôtre... Mais aussi le Grand Carrousel royal pleinement paysager, et l’exposition de Giuseppe Penone souhaitée par Catherine Pégard. Cependant un architecte des Jardins ne saurait être l’unique référence d’un cycle de spectacles. Aussi, pour quitter le caractère monographique des deux éditions précédentes et ouvrir une nouvelle ère, celle de la maturité à venir de ce festival, ce sont les Voix royales qui nous guideront.

La voix est le plus bel apanage des espaces versaillais depuis leur création : à l’Opéra, à la Chapelle, à la Galerie des Glaces, ce festival les met au premier plan. Celles des œuvres sacrées qui résonneront « Ad majorem Dei gloriam » dans la Chapelle royale sous la direction de John Eliot Gardiner, Laurence Equilbey, Christina Pluhar ou Jordi Savall ; celles que déploiera William Christie sous le péristyle de Trianon, en hommage aux Musiques pour les Jardins du Roi, si précieuses réussites de Le Nôtre pour son souverain. Celles d’Alessandro de Haendel, Amadis de Lully, Don Giovanni de Mozart, Acis et Galatea de Haendel, qui brilleront à l’Opéra royal. Voix royales par les architectures qui les abritent. Mais Voix royales surtout par l’extraordinaire qualité vocale des interprètes réunis : Marie-Nicole Lemieux, Max-Emanuel Cencic, Vivica Genaux, Sandrine Piau, Magdalena Kožená, enfin Cecilia Bartoli revenant à Versailles, un an après le splendide film qu’elle y a tourné, pour investir tout le Château ou presque avec les musiques d’Agostino Steffani. Voix royales également que ces deux chœurs d’exception : le Monteverdi Choir et le Chœur Accentus, mondialement acclamés, et maintenant invités réguliers de Versailles.

Cendrillon par le Malandain Ballet. © Don Juan Ballet Biarritz

Autour de Louis XIV et son fidèle Le Nôtre, mais aussi dans les œuvres de Mozart, le programme musical sera donc d’une exceptionnelle richesse. Les surprises pourront venir d’ailleurs cependant : Thierry Malandain a tenu à créer un nouveau Ballet pour Versailles : Cendrillon, d’après le célèbre conte de Charles Perrault (un autre contemporain célèbre de Lully, Lalande et Charpentier à l’honneur dans cette édition), qui sera accompagné dans la fosse de l’opéra par l’Orchestre Symphonique d’Euskadi. Auréolé du fantastique succès de son enregistrement, Alessandro de Haendel arrivera d’Athènes dans la production guidée par Max-Emmanuel Cencic, pour sa première française, dans la mise en scène de Lucinda Childs. Jordi Savall fera flamboyer la Chapelle des musiques réunies autour de la célébration de la Paix, pour l’anniversaire de la Paix d’Utrecht (1713).

Emblématique, enfin, sera la recréation pour la première fois depuis le règne de Louis XIV, d’un carrousel royal : ce spectacle réunissant durant les siècles glorieux de la Monarchie les meilleurs cavaliers du Royaume, sur les chevaux les plus réputés des écuries royales et princières, pour une évocation allégorique de la majesté du Roi combattant et de ses « chevaliers », sera une fête équestre et pyrotechnique digne des grandes dates des carrousels royaux qui ont laissé leur trace dans l’Histoire de France.

Qu’à Versailles, les Voix royales retentissent donc à nouveau !

Laurent Brunner,
Directeur de Château Versailles Spectacles.

Cet article est extrait des Carnets de Versailles n°3 (avril-septembre 2013)

Le Grand Bal Masqué de Versailles. © Quentin Saunier


Kamel Ouali au Bal masqué de l’Orangerie

Après Blanca Li, c’est Kamel Ouali qui fera danser les invités du Bal masqué du vendredi 14 juin 2013. Le chorégraphe, créateur de la comédie musicale « Le Roi-Soleil » sera accompagné de 50 danseurs à l’Orangerie de Versailles, lieu de fêtes royales. À l’aube, les invités rejoindront le bosquet de la Salle de Bal, le plus bel espace du Jardin Royal, pour une dernière danse autour d’un petit-déjeuner.

Dress code : Venir vêtu(e) d’un costume de qualité de style baroque et le revêtir avant d’arriver dans l’enceinte du Château (chaque convive devra trouver un costume par ses propres moyens) et masqué(e). L’entrée sera refusée aux non-costumés et non-masqués. De 60 à 150 €


Versailles festival
Des Voix royales
Du 31 mai au 7 juillet 2013
Opéras en version concert, oratorios, galas virtuoses, spectacles équestres et Grand Bal masqué.

Les concerts
Baroque et Classicisme en Europe au temps de Louis XIV et Le Nôtre Héroisme et Classicisme à la fin de l’Ancien Régime
informations et réservation sur chateauversailles-spectacles.fr ou 01 30 83 78 89

Les Grandes Eaux
Pour en savoir plus, consultez l'agenda en ligne.

MOTS-CLÉS